Ce 13 avril 2021, Fabrice Di Vizio a encore une fois de plus quitté prématurément le plateau de Touche pas à mon poste. Et pour cause : il a été brusqué par Benjamin Castaldi.

La bande de chroniqueurs de Touche pas à mon poste a été ce mardi 13 avril sur le débat des regroupements clandestins en France. « Restaurants, soirées : faut-il être plus dur avec les hors-la-loi ? », les interroge Cyril Hanouna avant de donner la parole à Benjamin Castaldi.

Cette fois, je ne reviens pas ! Au revoir ! La bande de chimpanzés, c’est bon ! »


Le chroniqueur phare du talk-show de C8 d’en tirer parti pour fustiger Fabrice Di Vizio. « La question, avance-t-il. N’est pas de savoir si on est heureux de ce qu’on vit, parce que tout le monde est malheureux ! La question, précise-t-il. Est de savoir comment on fait pour que les choses changent ! Et si chacun fait sa petite soirée, son petit machin… Moi, mes enfants me cassent la tête pour sortir, pour aller en soirée, je lutte en permanence ! (…) C’est un drame, confie le mari d’Aurore Aleman avant de pointer du doigt l’avocat en question : « Avec des comportements comme ça, avec lui (Fabrice Di Vizio, ndlr) qui dit : ‘oui, c’est pas grave’ ! ».

« Mais qu’est-ce qu’il raconte ? », lui a aussitôt coupé court le principal intéressé. Benjamin Castaldi de clamer haut et fort : « LAISSE-MOI FINIR ! ». En même temps, l’ex-animateur de TF1 a eu un geste brusque à son égard. Il avait en effet tapé d’un coup sec le plexiglass qui les servait de séparation. La limite étant franchie, Fabrice Di Vizio s’est empressé à partir. « Eh oh ! Non mais vous croyez quoi, là ?, lui rétorquait-il. Cette fois, je ne reviens pas ! Au revoir ! La bande de chimpanzés, c’est bon ! »

 » Il fait chier tout le monde ! »


Cyril Hanouna d’essayer d’arranger les choses mais rien n’y faisait. « Allez, il va faire son vexé, maintenant ! Il passe son temps à hurler ! Il fait chier tout le monde ! », rajoutait Benjamin Castaldi. Cyril Hanouna de lui rappeler : »Vous ne pouvez pas taper comme ça sur la vitre« . Le chroniqueur de justifier son geste : « Il ne se tait jamais ! »