Invité sur le plateau de Sept à huit, David Hallyday, pour la toute première fois, a décidé enfin de briser le silence depuis la triste nouvelle annonçant la mort jugée prématurée de son père. Un choix qui a beaucoup surpris ses fans, connaissant le caractère plutôt réservé du chanteur. Présent sur le plateau de TPMP, Brenard Montiel tente de tout expliquer…

En voilà une surprise que tout le monde ne s’attendait pas du tout de la part de David Hallyday. Il lui a fallu une période assez longue pour accepter de parler publiquement de la regrettable disparition de son père, Johnny Hallyday.

David Hallyday touche le cœur des fidèles admirateurs de Johnny Hallyday


Depuis la guerre d’héritage qu’il a engagé avec sa sœur cadette Laura Smet contre leur belle-mère, Laeticia Hallyday, il a choisi la voix du silence. Même la décision de la justice gelant les biens immobiliers de son père, une preuve de leur victoire contre le clan Laeticia Hallyday, ne lui a pas fait sortir de l’ombre. Il poursuivait, en solo, sa carrière d’artiste en travaillant sur son nouveau disque intitulé « J’ai quelque chose à vous dire ».

Le mardi 10 novembre, David Hallyday a bouleversé des millions des fans en interprétant Ma dernière lettre sur la scène des NRJ Music Awards, une chanson dédiée à Johnny Hallyday.

Avant cet instant de pure magie, David Hallyday a toujours refusé tout commentaire se rapportant directement ou indirectement sur la terrible guerre déchirant les Hallyday.

« Il y est allé et il a été très élégant et brillant »


Sollicité dans Sept à huit le dimanche 18 novembre dernier, l’artiste, contre toute attente, s’est exprimé sur le sujet. L’occasion également pour le célèbre interprète de l’Eternel d’évoquer les dessous de sa véritable relation avec son défunt père, sa belle-mère…

Deux jours après les confessions bouleversantes de David Hallyday, l’équipe de Touche pas à mon poste était revenu sur le sujet. « Si David s’est prêté à ça, c’est qu’il a été poussé par ses avocats », affirmait Bernard Montiel. « C’est un truc qu’il déteste. Il ne voulait pas y aller. Il y est allé et il a été très élégant et brillant », enchaînait-il.