Dans le JT de 20 heures de France 2 ce samedi 29 mai, Thomas Sotto s’excuse après sa bourde en plein JT sur Jean Castex… Retour sur cette séquence particulière.

Ce samedi 29 mai 2021, Thomas Sotto s’excuse après sa bourde en plein JT sur les origines du premier ministre Jean Castex.
Rappelons que le chef du gouvernement est très attaché à ses origines. Il a vu le jour dans la ville de Vic-Fezensac situé dans le Gers. Jean Castex a rencontré sa femme, Sandra Ribelaygue, dans le département des Pyrénées-Orientales. Deux endroits très chers donc à son cœur.

Dans le JT de 20H de la deuxième chaîne, Thomas Sotto avait abordé en effet les origines du locataire de Matignon tout de suite après le reportage porté sur la thématique qui fait polémique ces derniers temps : l’enseignement immersif.

« Le Catalan Jean Castex, qui revendique souvent ses origines, a senti venir le problème« .


Le vendredi 21 mai 2021, le Conseil constitutionnel avait pris la décision de censurer deux articles de la loi sur la protection ainsi que la promotion des langues régionales. Une résolution qui a provoqué une vague de manifestation à travers tout le pays.

« Le Catalan Jean Castex, qui revendique souvent ses origines, a senti venir le problème, semble-t-il, puisqu’il a missionné deux députés sur le sujet cette semaine« , annonçait donc le célèbre présentateur de France 2 en direct de son journal.

Une affirmation que le journaliste n’a pas manqué de rectifier dans la suite de sa présentation. « Je vous ai dit tout à l’heure que Jean Castex était catalan. Il est catalan d’adoption, mais d’origine, il est bien gascon, notre Premier ministre« , a tenu à bien préciser en effet Thomas Sotto.

« Les origines, c’est comme les convictions, il ne faut jamais les renier !« 


Dans une longue entrevue donnée à la rédaction de Sud-Ouest au courant de l’année 2010, Jean Castex était très clair sur ce point. « Pour des raisons de santé, je suis allé très jeune dans les Pyrénées-Orientales où, fait majeur, j’ai rencontré ma femme avant de m’implanter dans ce beau département. Je reste bien entendu très attaché à Vic, où j’ai encore de la famille et des amis : les origines, c’est comme les convictions, il ne faut jamais les renier !«