Nagui a été ce 10 avril touché face aux larmes de Jean-Louis Aubert. L’animateur était en effet aux commandes d’un nouveau numéro de Taratata Live 100% où il avait accueilli l’auteur-compositeur-interprète sur son plateau. Retour sur cette séquence riche en émotions.

En animant ce samedi 10 avril 2021 un nouveau numéro de Taratata 100% Live, Nagui recevait Jean-Louis Aubert parmi la pléiade d’artistes invités ce soir-là pour la soirée hommage à Serge Gainsbourg.

« C’est la première fois que je fais ça. C’est toute ma vie » !


L’heure était à l’émotion. Juste après avoir livré sa prestation sur scène, l’ex-membre du groupe Téléphone antérieurement opéré du cœur, a été pris d’une émotion. Il avait en effet ce soir-là repris ses plus grands titres… L’auteur-compositeur-interprète a par la suite réalisé un medley, chaleureusement applaudi par toute l’assistance. Un instant débordant de nostalgie.

« C’est la première fois que je fais ça. C’est toute ma vie« , avait-il confié à un Nagui très heureux. « C’est toute notre vie. », complétait alors le présentateur de France 2.

« J’ai envie de te prendre dans mes bras, Jean-Louis. »


Face à cette salve d’applaudissements, Jean-Louis Aubert n’a pas pu contenir ses larmes. Nagui lui-même a été pris d’une vive émotion devant son invité en larmes. « J’ai envie de te prendre dans mes bras, Jean-Louis. », lui glissait le mari de Mélanie Page. Après avoir repris ses esprits, le compagnon de France Lory d’alors se laisser aller aux confidences.

« Mon conte préféré quand j’étais petit, révélait-il. C’était Le Petit Poucet. Celui qui a fait ce soir-là un duo inédit avec Jane Birkin de s’expliquer : « Parce qu’on essayait de le perdre dans la forêt et il semait des cailloux. Et les chansons, indique-t-il. Ce sont mes cailloux. Et quand je les entends, conclue-t-il. C’est le chemin que j’ai parcouru. Je retrouve ma route« . L’assistance l’a une fois de plus ovationné.

« Quelques fois, dévoile Jean-Louis Aubert. Il n’avait pas pu trouver de cailloux. Alors, il a mis des miettes de pain, et les oiseaux ont pris ces miettes. Alors, ces miettes de pain, rajoute encore l’artiste. Sont peut-être les chansons qui sont passées à la radio, qui sont connues, et elles m’évoquent encore des émotions ! Mais aussi, les gens dans la rue me prennent dans les bras en disant ‘C’était ma liberté cette chanson.‘ «