Sylvie Vartan et son fils David Hallyday sont toujours traumatisés par ce tragique accident de voiture qui a coûté la vie d’un être cher. Un événement qui a bouleversé leur existence. Que s’est-il passé ce jour-là ?

France Dimanche revient sur ce tragique accident de voiture de Sylvie Vartan et son fils David Hallyday. La première épouse de Johnny Hallyday avait pris ce jour-là le volant. « Gravement blessée et dans un état second, la star est persuadée d’avoir tué son fils« .

Sylvie Vartan : retour sur cet accident mortel.


L’accident mortel avait eu lieu courant 1968. C’est un accident qui a marqué au fer rouge la chanteuse culte des années 90.Elle avait bel et bien perdu quelqu’un ce jour-là mais ce n’était pas David Hallyday. Il s’agissait de sa meilleure amie et marraine de son fils unique. Elle n’avait à l’époque que 24 ans et le papa d’Ilona, Emma et Cameron Smet à peine 20 mois.

Sylvie Vartan roulait, comme indiqué dans un article de Paris Match en 2008, sur une route des Yvelines. Non loin de Bois-d’Arcy, son véhicule est entré en  collision avec une fourgonnette. Le choc a été si violent que les deux voitures ont fini par être projetées à 30 mètres l’un de l’autre.

C’est depuis son lit d’hôpital de Versailles où elle a été transportée d’urgence que Sylvie Vartan avait appris pour Mercedes Calmel Mendès. Cette dernière décédée sur le coup du haut de ses 22 ans. « Sylvie déprime et culpabilise atrocement, raconte Ici Paris. Mais Johnny est là pour l’aimer et la soutenir. »  Le légendaire rockeur se trouvait à l’époque en Allemagne.

Ce deuxième accident où Sylvie Vartan a failli laissé sa vie.


Pas plus loin que deux ans plus tard, la maman de Darina Scotti a de nouveau eu un autre accident de la circulation. Accompagné d’antan de son mari, elle a failli y donner sa vie. L’interprète de La plus belle pour aller danser a été complètement défigurée au visage. Elle a été traitée depuis New York. C’est de là que naquit son amour pour les USA.

« Il faudra de nombreuses opérations de chirurgie esthétique pour venir à bout de ses cicatrices, pouvait-on lire dans les pages d’Ici Paris. La blessure morale, elle, reste indélébile ! Sylvie a beaucoup de mal à assumer ce nouveau visage dans la glace. La blonde yé-yé ne se reconnaît plus et ne s’aime plus. »