Des drôles des anecdotes, Stéphane Plaza n’en manque jamais ! Connu pour sa maladresse, l’agent immobilier est, au décours d’un entretien accordé au site Télé-Loisirs.fr, revenu sur une de ses grosses gaffes de tournage qui lui a valu des remontrances de Karine Le Marchand. Parce qu’il faut bien le reconnaître : il est le roi des gaffes !

Encore une fois, Stéphane Plaza est mis à l’honneur ce mardi 02 février sur l’antenne de M6 avec « Que sont-ils devenus ? ». Pour cette spéciale, le roi immobilier et son équipe de choc retournent voir ceux qu’il a aidés à changer de vie.

« Que sont-ils devenus ? »


L’occasion pour lui de se donner rendez-vous à Laurette et Dominique, un couple de retraité qu’il a aidé à s’installer en Corse. S’il est resté en bons termes avec ceux-ci, Stéphane Plaza n’en a pas moins commis d’impair avec les autres.

Revenu sur ses pires et meilleurs souvenirs de tournages lors d’une interview accordée à Télé-Loisirs.fr, Stéphane Plaza s’est particulièrement rappelé de ses grosses boulettes d’antan comme la fois où il a cassé un objet très onéreux au compte de la production…Mais il y a plus pire encore : celle survenue à l’époque d’On ne choisit pas ses voisins…Rappelez-vous, courant 2011, Karine Le Marchand et Stéphane Plaza venaient en effet secourir des voisins qui ne pouvaient plus se supporter pour tenter d’arranger les choses. Et c’est là que le frère d’Olivier Plaza s’est laissé aller.

« Je vois un enfant, et l’enfant c’est quand même la prunelle des yeux de sa maman… Mais cet enfant, il avait une tête de grand-père. Et le problème, c’est que moi je n’ai pas de filtre ! », révèle-t-il.

 » Bon bah elle ne me supporte plus hein » !


Connaissant le roi immobilier, il ne pouvait pas la fermer au point de ne pas se retenir à cracher le morceau : « J’ai dit ‘Oooooh, qu’il a une tête de vieux’ » avant de conclure : « Forcément c’est la dame que je défendais dans Les Voisins… Bon bah elle ne me supporte plus hein ! »

Hyper gênée, Karine Le Marchand de ne pas attendre pour lui faire des remontrances : « Elle m’a dit ‘Enfin ! On ne peut pas dire ça Stéphane’« .