Michel Cymes fait de nouveau polémique. Le médecin le plus célèbre du PAF se retrouve sous le feu de critiques. En cause : il est accusé de plagiat par un de ses confrères.

S’il y en a bien un qui en a pris pour son grade depuis le début du Coronavirus, c’est bel et bien Michel Cymes.

Ces propos controversés de Michel Cymes.


Régulièrement sollicité en sa qualité de médecin-animateur pour livrer son expertise sur la situation sanitaire, il a plutôt réussi à essuyer de critiques virulentes. Et pour cause, l’acolyte d’Adriana Karembeu avait estimé que le Covid-19 n’était qu’« une forme de grippe qui est un peu plus cognée que le grippe. Mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ».

Et de rajouter : « J’ai probablement trop rassuré les Français(…) Quand je revois et que j’entends ce que j’ai dit, manifestement, j’étais pas prophète. J’ai pas fait une belle prophétie et je me suis trompé comme beaucoup, beaucoup de gens se sont trompés. Parce qu’effectivement, on a mis la France en quarantaine, effectivement on a eu le confinement« .

Ce mardi 23 février encore, Michel Cymes se retrouve une fois de plus sous le feu de critiques. Il a en effet été accusé de plagiat par Marc Gozlan, un confrère médecin tenant un blog sur Le Monde. Son billet, écrit sur Réalités Biomédicales a été selon ses dires en partie paraphrasé par l’animateur sur les ondes de RTL.

Michel Cymes sous le feu des critiques.


Il s’agissait d’un billet intitulé Amour et sexualité à l’heure de la Covid-19 publié ce 14 février dernier. Une semaine plus tard, l’article supposé avoir été rédigé par les soins de Michel Cymes dans Ca va beaucoup mieux, son hebdo sur RTL, présente beaucoup de similitudes avec le billet en question spécialement à partir de la quarantième seconde et ce sans qu’il n’ait cité la source.

« Trouvez-vous normal d’éditer un papier de Michel Cymes reproduisant quasiment au mot près des phrases entières d’un de mes récents billets de blog ? », mentionnait Marc Gozlan sur son Twitter où il exige à ce que RTL lui verse réparation.