“Ringarde”, Virginie Efira dévoile cette folle passion qui a changé sa vie. Voici les détails de son récent entretien accordé au Parisien…

« Ringarde », Virginie Efira dévoile cette passion qui a complètement changé le cours de sa vie. Les dernières déclarations de Roselyne Bachelot ont dû certainement fait le bonheur de tous les acteurs de la Culture. C’est ce mi-mai que les salles obscures sont prévues rouvrir leurs portes.

« Il faut retrouver ce bonheur qui nous a été retiré  » !


Comme beaucoup d’autres de ses confrères et consœurs du média, ce sera l’occasion pour Virginie Efira de pouvoir enfin présenter son dernier film. Elle occupe en effet la tête d’affiche dudit film réalisé par les soins d’Albert Dupontel.

Récemment interviewée par la rédaction du Parisien, la comédienne de 43 ans a fait part de sa grande joie au Quotidien. « Le plateau de contaminations est toujours haut, admettait-elle. Mais il faut retrouver ce bonheur qui nous a été retiré. C’est impératif que les choses reprennent, souligne Virginie Efira. Et des études ont signalé que les cinémas n’étaient pas des lieux de contamination, lorsque les gestes barrières sont respectés« .

Ce grand souhait de Virginie Efira.


Celle qui est très intime avec Julien Doré de poursuivre: « Je suis heureuse pour moi, pas uniquement pour mon film. Ce que je souhaite, c’est aller voir des films en salles. Rien ne peut se comparer à l’expérience du collectif ».

« Moi qui étais un peu ringarde, estimait-elle dans la foulée. Qui ne regardais pas beaucoup de séries, j’en ai découvert beaucoup cette année. »

L’ex-femme de Patrick Ridremont de continuer sur la même lancée: « Mais appuyer sur ‘pause’ pour aller prendre quelque chose dans le réfrigérateur, ce n’est pas la même qualité d’attention. Il y a une sacralisation de la salle de cinéma. Je suis certaine que les gens reviendront, parce qu’elles sont complémentaires des plateformes”, assurait l’actrice dans L’amour c’est mieux à deux.

Si pas mal de producteurs et de réalisateurs ont choisi de faire sortir leur film via des plateformes entre autres Netflix et Amazon Prime. Et pourtant, ils étaient nombreux également à avoir refusé cette option. Comme le cas de Valérie Lemercier.