Les nouvelles ne sont pas bonnes pour le journaliste. Patrick Poivre d’Arvor entendu par la police suite à son affaire de viol. Les détails !

Les charges contre l’ancienne star du JT de 20H de TF1 restent d’actualité. Florence Porcel n’est pas encore prête à faire machine arrière. En effet, Patrick Poivre d’Arvor vient d’être entendu par la police suite à son affaire de viol.

Selon un récent article du Journal du Dimanche, l’audition libre de Patrick Poivre d’Arvor a eu lieu le mardi 18 mai 2021à la brigade de répression de la délinquance. Le journaliste a répondu aux questions de la police dans le cadre des enquêtes pour viol après la plainte déposée par l’écrivaine Florence Porcel.

Aucune communication n’a été faite à l’issue de cette étape charnière dans le processus d’inculpation ou de disculpation de Patrick Poivre d’Arvor. Jusqu’à présent, personne n’est au courant des points forts évoqués lors de cette audition libre.

Ce que le parquet de Nanterre regrette dans l’affaire de viol de Patrick Poivre d’Arvor


Par contre, d’après une information recueillie dans les colonnes du Figaro, le parquet de Nanterre regrette cette campagne de « publicité » autour de l’affaire de viol de Patrick Poivre d’Arvor. Une situation qui « complique le travail d’investigation » des enquêteurs et porte ainsi atteinte à la « présomption d’innocence du mis en cause, et à l’intimité des victimes« . Cette institution « déplore en outre que tout ou partie du contenu de certaines de ces auditions ait été publié dans la presse, avant même leur exploitation complète par le service d’enquête« .

PPDA dépose également une plainte pour « dénonciation calomnieuse »


En effet, le contenu des accusations a été rendu public après la plainte déposée officiellement par l’écrivaine de 36 ans le 15 février 2021. L’ancien présentateur de 73 ans lui aurait forcé à pratiquer une fellation ainsi qu’un rapport sexuel. Selon le rapport préliminaire de la police, cet acte se serait passé entre 2004 et 2009.

Par ailleurs, un article du Monde faisait état d’un « abus de position dominante ». De son côté, le principal prévenu a déposé lui aussi une plainte au parquet de Nanterre pour « dénonciation calomnieuse » selon un communiqué publié par l’ AFP le mardi 30 mars 2021.