Rongée gravement par le regret, Amel Bent reconnaît enfin ses mauvais choix lors des auditions à l’aveugle de The Voice. La chanteuse regrette surtout d’avoir laissé passer certains candidats à fort potentiel. Une confidence qui risquerait, à la longue, de discréditer la réputation de l’artiste…

Avant de passer à la seconde phase de la dixième saison de The Voice après la clôture officielle des auditions à l’aveugle, Amel Bent a fait son mea culpa. Un moment très difficile, confrontant la célèbre interprète de Ma philosophie à des sentiments de doute mais surtout de regret.

Zoom sur cette incroyable qualité d’Amel Bent


En effet, la chanteuse déjà interpellée à plusieurs reprises par l’un de ses collègues jurys, Florent Pagny avec l’appui inconditionné des téléspectateurs, admet au final ses erreurs tout au long des auditions à l’aveugle de The Voice 10.

C’est que la compagne de Patrick Antonelli n’arrive pas à digérer c’est qu’elle ait pu laisser filer des véritables talents qui auraient pu avoir une vraie chance d’influencer le cours de l’émission de télé-crochet de la première chaîne.

Mais à ce stade de la compétition, il est déjà trop tard pour agir. C’est effectivement un médecin après la mort , comme on dit dans le jargon populaire.
D’une façon ou d’une autre, parvenir à reconnaître ses torts n’est pas donné à tout le monde. Connue du grand public pour être une femme particulièrement humble malgré son statut et sa notoriété, Amel Bent n’a pas besoin de passer par quatre chemins pour le faire.

Ce gros moment de solitude d’Amel Bent provoqué par Florent Pagny


Pour rappel, le samedi 20 mars dernier, durant la dernière soirée de The Voice consacrée aux auditions à l’aveugle, Amel Bent n’oubliera jamais ce moment de solitude où elle avait  fait le mauvais choix de ne pas se retourner malgré l’époustouflante prestation de Julie.

En effet, dès la première note de sa chanson, elle s’apprêtait déjà à appuyer sur le bouton rouge avant que Florent Pagny ne lui dise le contraire. Et elle s’est laissée influencer par son collègue. Une très grave erreur qu’elle n’est pas prête à passer sous silence quel que soit le risque qu’elle peut encourir…“Oui on peut se louper”, reconnaissait-elle.