Nouvelle saison, nouvelle coach…TF1 a misé sur Vianney pour remplacer l’un des jurys de l’émission. Comment l’interprète de Dumbo joue-t-il ce nouveau rôle ? Nikos Aliagas s’est depuis fait un avis bien tranché sur le chanteur. En témoigne les mots qu’il a eus pour le nouveau coach au micro de Pascal Nègre.

Et pour cette année encore, le public n’était pas au rendez-vous. « On a installé 300 écrans dans nos gradins. Malheureusement, comme on a dû s’adapter très vite à cause du reconfinement, on a du pré-enregistré leurs réactions, explique l’un des producteurs du télécrochet. Les seules personnes extérieures qui étaient réellement en direct c’était les familles. On les a priorisés pour qu’elles puissent voir les auditions de leur proche et avoir un mot à l’issue de leur passage. Ça c’était pour le côté humain« , rajoutait-il.

Un record d’audiences en trois ans.


Toutefois, les audiences ont tout de même pu atteindre un record cette saison soit 6,3 millions de fidèles téléspectateurs. Vianney y a été pour quelque chose puisque le chanteur de 29 ans a beaucoup fait sensation.

De passage ce dimanche 21 février sur les ondes de RFM, Nikos Aliagas n’a pas manqué d’évoquer à Pascal Nègre le rôle que jouait Vianney dans cette dixième édition de The Voice.

« Il ne tient pas en place » !


« Vianney est-il le nouveau visage de la nouvelle génération ou il ne tient pas en place ? », lui demandait en effet la voix-off au présentateur culte de l’émission. « Les deux ! Il ne tient pas en place, c’est un petit pois sauteur ! Il a cassé le fauteuil deux ou trois fois, on a dû arrêter le tournage. Je crois que le problème de Vianney est qu’il ne sait pas où mettre ses jambes« , révélait Nikos Aliagas.

Et de continuer en faisant part de son avis bien tranché sur Vianney : « Il est brillant ce garçon. Il est très intelligent, il ressent tout et il parle avec le langage d’un gamin de son âge. Ce garçon est tout sauf fake« . Des propos élogieux qui n’en finit pas : « il donne une fraîcheur, car il redistribue les cartes et donne une nouvelle dynamique entre les coachs. Tout est redistribué dans le jeu et c’est intéressant« .