A la tête ce mardi 16 février d’un numéro inédit de N’oubliez pas les paroles, Nagui a quelque peu été exaspéré par la réaction de Cruella, la voix-off de l’émission. Elle intervient régulièrement pour aider les candidats en leur rappelant les dernières paroles avant celles qu’ils doivent deviner tout en révélant au passage quelle erreur ont commise les candidats lors de l’épreuve de « La même chanson« . Cette tournée, elle n’a pas dit mot parce qu’elle avait selon elle, « un peu la flemme aujourd’hui »

Cruella a beaucoup intrigué après sa réaction hors du commun. N’oubliez pas les paroles n’est en rien un jeu d‘enfant. Les règles à suivre consiste notamment à donner les paroles des chansons. C’est un certain Fodié qui est venu ce mardi gras tenter d’arracher le micro d’argent à la maestro Valentine.

Brassens n’a pas la cote” !


Ils sont restés tous deux bloqués dès le début de La chanson pour l’Auvergnat, de Georges Brassens. A défaut de connaître les paroles, Fodié s’est contenté de fredonner. Tandis que Nagui “peut comprendre” cette petite bourde, Fabien Haimovici de son côté s’est quelque peu déçu lorsqu’il a évoqué que “Brassens n’a pas la cote” aux jeunes d’aujourd’hui.

« C’est dommage par d’ailleurs parce que c’est tellement beau, puis cette chanson est sur le partage, les petites gens. Il y a des valeurs qui sont formidables dans toutes les chansons de Brassens », décrivait celui qui semblait être en connaissance de cause. Après quoi le mari de Mélanie Page a demandé à Cruella : « Quelles étaient les paroles qu’il devait chanter ? » « Les croquantes et les croquants », répondait-elle sans toutefois entrer dans les détails.

« Ah, c’est tout ?et vous arrêtez maintenant ? »


« Ah, c’est tout ? Vous faites juste trois mots et vous arrêtez maintenant ? », lâchait Nagui, l’air exaspéré. « J’ai un peu la flemme aujourd’hui », avoua Cruella.

« Beh non ! Et après ? », persistait Nagui qui souhaitait que le jeu retrouve son cours normal. « merci », rajoute Nagui : « Tous les gens bien intentionnés m’avaient fermé la porte au nez. Ce n’était rien qu’un feu de bois, mais il m’avait chauffé le corps… C’est bon ? » « C’est tout ou rien Crucru », s’amusait le musicien.