Mimie Mathy revient encore une fois sur son handicap dans le « Portrait de la Semaine » d’Audrey Crespo-Mara. Elle y confie avoir échappé au pire…Puisqu’elle avait failli restée paralysée à vie. Le point sur la question.

La carrière de Mimie Mathy prend un nouvel essor lorsqu’elle accepte, courant 1997, un rôle récurrent pour la série culte diffusée sur TF1, Joséphine ange gardien. Ce rôle lui a valu l’année 2003, le 7 d’or de la meilleure comédienne de fiction.

Mimie Mathy « ne marchera jamais’.


De passage ce dimanche 21 février 2021 dans Sept à Huit, Mimie Mathy s’est épanchée sur un sujet qui lui est très sensible dans le « Portrait de la Semaine » d’Audrey Crespo-Mara diffusé sur la première chaîne. Il s’agit de son handicap. La comédienne de 63 ans, rappelons-le est atteint de ce que l’on appelle achondroplasie, une maladie touchant l’os qui serait à l’origine de son nanisme.

« Comme je suis du siècle dernier, il n’y avait pas encore les échographies et il n’y avait aucun facteur dans la famille, du côté de mon papa ou de ma maman, qui pouvait laisser prévoir une telle arrivée… un peu originale ! », affirmait-elle un brin amusé à la femme de Thierry Ardisson.

La personnalité préférée des Français de poursuivre : « J’ai une cousine qui a quinze jours de plus que moi, et comme ma grand-mère tricotait pour ses deux premières petites-filles, elle s’est rendu compte que les manches qu’elle me tricotait étaient beaucoup trop longues. » La raison en est que ses « membres supérieurs et inférieurs (sont) un peu atrophiés. […] J’avais, révélait Mimie Mathy. Un an à peu près. »

Les confidences très touchantes de Mimie Mathy à Audrey Crespo-Mara.


« On leur a dit : ‘Elle ne grandira pas plus de 70 cm, elle ne marchera jamais’. Ils ont dû pleurer un bon coup, je pense. Mais ils ont pris sur eux. Ils m’ont donné beaucoup de leur force ! », confiait-elle en abordant ses parents.

Mimie Mathy de révéler avoir pu finir en chaise roulante. Elle y a échappé de peu : « J’aurais toujours un dos fragile mais j’ai eu la chance d’avoir rencontré des médecins merveilleux qui m’ont aidée à échapper au fauteuil roulant.«