Michel Sardou a été toujours considéré comme coureur de jupons. Interrogé sur le plateau de Sept à Huit, le chanteur a donné enfin sa réponse. Il a fait par conséquent des révélations inédites sur ses maîtresses.

Tout compte fait, Michel Sardou est un véritable coureur de jupons hors pair. Entre les trois femmes qui ont marqué la partie visible de sa vie, le chanteur a entretenu une existence secrète.

Une double vie qu’il n’a jamais osé aborder en public. Même dans son dernier livre, le papa de Sandrine, Cynthia, Romain et Davy n’y a pas fait allusion. Un point qu’Audrey Crespo-Mara n’a pas manqué de lui demander.

En effet, dimanche dernier, Michel Sardou a été convié à l’antenne de la Une pour évoquer son livre autobiographique qu’il a intitulé : Je ne suis pas mort… Je dors ! L’occasion pour la journaliste phare de TF1 d’aborder tous les sujets qui brûlent les lèvres de ses fans depuis presque une décennie. La liste a été longue.

Les confidences CHOCS de Michel Sardou


D’abord, la peine de mort. « Je vais vous dire la vérité j’ai toujours été favorable à l’abolition de la peine de mort, a-t-il confié. Depuis le temps qu’elle existe sous toutes ses formes, ça n’a jamais fait reculer le crime. »

Ensuite, son caractère « Facho » et son éventuel penchant pour le nazisme. « Tout le monde m’est tombé dessus. ‘Facho’, ‘nazi’, regrettait-il. Et on en parle encore, ça dure. Ça arrive de se planter dans une chanson mais les gens ne comprennent pas ça. »

Puis, il s’est attaqué au féminisme. « Je ne suis pas antiféministe, mais je ne suis pas de tous les féminismes, a-t-il tenu à préciser. Je suis plus près d’une madame Badinter que d’une dame qui dit qu’elle ne veut pas se marier parce qu’elle ne veut pas être violée tous les soirs . »

Ce lourd secret de sa vie intime


Vers la fin, ils ont abordé le sujet auquel, tout le monde attendait : son côté homme à femme. « Je n’en sais rien, affirmait-il au début. Je ne parle pas de femmes dans mon livre, rappelait-il. “À part mes femmes, les trois femmes que j’ai épousées officiellement, toutes les autres étaient en parallèle et cachées, et donc secret, racontait-il. Imaginez que dans mon livre je mette le nom de madame untel… Elle est peut-être grand-mère maintenant. Le petit va lui dire : Il paraît que tu as… Ça m’aurait gêné”, terminait-il.