Dans MAPR, « insultée », Laura règle ses comptes et met le point sur le « i » avec ses détracteurs. Fashiontechweek vous raconte tout…

Décidée de ne plus se laisser faire, la candidate de MAPR, « insultée« , Laura règle ses comptes une bonne fois pour toutes.

« Cela représentait trop de pression » !


Bien avant le bilan de l’émission, indiquait Laura à la rédaction du Figaro, « Nous avons eu une discussion ensemble que nous ne voulions pas avoir devant les caméras. Je lui ai expliqué que je n’étais pas prête à répondre tout de suite à toutes ses attentes, cela représentait trop de pression. »

« Et à contrecœur, confiait-elle. Parce que j’avais vraiment craqué sur lui, je préférais arrêter là. Je voyais que nos désaccords nous mettaient en souffrance tous les deux. Nous avions pris la décision ensemble de divorcer mais c’est vrai que le jour J, poursuivait-elle. En revoyant les images de notre mariage et en me remémorant notre complicité, j’ai hésité… Je lui ai demandé si nous restions sur notre décision et c’est ce que nous avons fait. », détaillait le partenaire de Clément.

En cherchant à se justifier, Laura a fini par provoquer les foudres des internautes. « J’ai prononcé cette boutade malheureuse, «Tous les hommes sont infidèles jusqu’à preuve du contraire », que je m’amusais à sortir avec mes amies et qui m’a valu les pires insultes sur Internet ». Je regrette, rajoute-t-elle. Que toute mon histoire ait été tournée autour de mes peurs du passé« .

« C’est énervant parce que je me fais insulter tous les jours » !


Dès le départ j’avais parlé aux experts de ma sensibilité, de mon passé difficile mais que j’étais aujourd’hui largement capable de vivre une nouvelle relation, de construire quelque chose et de fonder une famille. Sinon je ne me serais évidemment jamais impliquée! », livrait Laura à cœur ouvert.

« C’est énervant parce que ce n’est pas ce qu’il s’est passé et je me fais insulter tous les jours sur mes réseaux sociaux à cause de cela, avançait-elle avant d’indiquer, trouver “un peu triste d’être jugée et pire, insultée. Alors qu’on me connaît qu’à travers trois heures de diffusion (si on colle tous les passages). Mais tous les participants, avait-elle conclu. Nous avons un cœur, ne l’oubliez pas.”