Interviewée par France Tv Slash, Malika Ménard y a livré un récit des plus touchants. En effet, l’ancienne Miss France y révéla avoir, à une époque, souhaité changer d’identité. « Je me fais appeler Alexandre, je voulais être un garçon« 

« Je me fais appeler Alexandre, je voulais être un garçon« , voilà les séquelles traumatisantes qu’ont laissées l’abus dont a été victime Malika Ménard au cours de son enfance. Comme indiqué dans France TV Slash, elle avait en effet cru que devenir un garçon l’aidera à paraître, selon elle, moins « vulnérable ». Une interview qu’elle n’a pas manqué de relayer sur son fil Instagram.

Cette partie sombre de la vie de Malika Ménard.


A l’époque où Malika Ménard a subi cette terrible expérience de sa vie, son agresseur avait 30 ans et elle, 5 ans. Il s’agissait du fils de sa nounou qui avait envers elle des gestes déplacés. Apprenant la mauvaise nouvelle, sa mère, racontait-elle, « n’a pas bien géré ce qui s’est passé »et n’a donc pas porté plainte.

Elle avait également mentionné qu’après ce regrettable incident, elle s’est fait couper les cheveux « très court » , avec l’accord de sa mère et porter des habits d’hommes. « A cinq ans, j’ai réalisé que j’étais une fille. Si j’avais été un garçon, cet homme ne s’en serait pas pris à moi », confiait l’ex-Miss France .

« Je m’étais coupée les cheveux super courts, j’avais une houppette, je m’en rappelle. Et je m’habillais comme un garçon. À l’école, je ne pouvais pas changer de prénom parce qu’on est inscrit sur des registres et tout ça, mais si on partait en vacances ou ailleurs, je me donnais un nom de garçon. Je donnais Alexandre (…) Je changeais tout. J’avais envie de changer d’identité. »

Malika Ménard a trouvé les mots.


Et de conclure : « Je voulais être un garçon. Je me sentais plus fort en garçon. J’avais le sentiment qu’on était moins vulnérable. Une femme a moins de défenses et peut-être que j’avais l’impression que ça me sexualisait moins aussi« .

L’ancienne reine de beauté a accepté de revenir sur cette partie sombre de sa vie qu’elle aborde en détail dans son livre intitulé « Fuck les complexes, s’accepter et s’aimer au-delà du filtre des réseaux sociaux » .