Après le refus catégorique de Christophe de se rendre en salle de ventes avec son objet suite à l’estimation peu valorisante d’Harold Hessel, Sophie Davant s’attend déjà à tout sur le plateau de Touche pas à mon poste. Mais elle était loin d’imaginer qu’un vendeur oserait se moquer de sa personne…Le point sur la question.

Les vendeurs vont et viennent mais ne se ressemblent pas. Il faut dire que Sophie Davant a dernièrement eu affaire à des vendeurs on ne peut plus particulier.

« Je tombe de haut du coup-là… » !


Comme c’est le cas avec Christophe venu présenter une esquisse signée Salvador Dali qui s’est avérée être, contre toute attente qu’une copie. Harold Hessel qui y officiait ce jour-là en tant que commissaire-priseur n’a eu d’autres choix que de lui attribuer la valeur qu’elle mérite soit seulement 150 euros.« Je vais malheureusement le garder. Je tombe de haut du coup-là…« , regrettait alors le vendeur.

Ça vous fait rire » ?


Ça vous fait rire ? Mais ce n’est pas drôle !“, demandait Sophie Davant visiblement choquée par l’attitude d’un autre vendeur venue cette fois pour ce mercredi 24 mars 2021 dans un nouveau numéro de son émission d’enchères. Il s’agissait en effet d’un certain Mohammed venu précisément vendre le service à épices en argent de sa maman. Mais ce qui retenait surtout l’attention avec le vendeur, c’est qu’il n’arrêtait pas de rire au nez de l’animatrice star de France 2. Mais s’il n’arrêtait pas de le faire, ce n’est pas du tout pour se moquer de Sophie Davant.

Bien au contraire, timide comme il est, il ne savait tout simplement pas comment réagir face à la maman de Valentine et Nicolas qui était en train de s’adresser directement à sa mère face à la caméra afin de la remercier suite aux confidences de son fils. Ce dernier ayant appris à l’ex de Pierre Sled à quel point sa maternelle était fan d’Affaire conclue. Une histoire qui finalement s’est avérait être très touchante ! Plus émouvant encore, Mohammed lui a appris qu’il envisageait de faire usage de la somme qu’il empochera pour financer le séjour de sa mère en Tunisie.