Lidl menacé par l’arrivée de « Mere », la célèbre enseigne russe ! Comme rapporté dans Capital sur M6, elle débarque prochainement en France…Fashiontechweek vous dit tout.

Voilà une annonce qui va faire trembler beaucoup d’enseignes en France dont la célèbre marque allemande favorite des Français. Lidl est menacé par l’arrivée de Mere, la célèbre enseigne russe qui débarque prochainement en France.

Une nouvelle chaîne de supermarchés hard-discount venus tout droit de Russie, fera très bientôt ses premiers pas en France.

D’après Capital, la célèbre chaîne de supermarchés russe surnommée les « Lidl russes » vont arriver dans trois villes françaises, situées en Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France. S’ils sont appelées ainsi, c’est surtout en raison de leurs prix très compétitifs. Mère fera son arrivée d’ici quatre à cinq mois, ou au plus tard cette fin 2021. Mère existe déjà en Allemagne, en Pologne, en Espagne, en Roumanie mais aussi en Lituanie. Le géant russe prévoit également d’en ouvrir en Angleterre.

Et dire qu’il n’avait au début, commencé que par des simples rayons sans étagère ni comptoir à l’instar de Lidl. Les articles ont été d’antan humblement disposés sur des palettes et les allées sans vendeurs… Comme annoncé sur leur site Internet, le supermarché propose des prix allant jusqu’à 20% plus bas que celle de la concurrence. « Notre supermarché n’a pas d’étagères, de comptoirs ou de vendeurs, informe le site de l’enseigne. Tout est vendu à partir de palettes ou de boîtes. Ce format porte le nom de ‘sans fioritures’. »

« Les prix étaient trois fois moins chers dans un supermarché Mere que chez ses concurrents« 


La venue de Mere va permettre de réaliser beaucoup d’économies. Un reportage de TF1 repris par Capital indiquait que les « prix étaient trois fois moins chers dans un supermarché Mere que chez ses concurrents« . Lidl devrait-elle donc revoir sa stratégie et ses prix pour pouvoir tenir le coup? A-t-elle du souci à se faire? Ces prix ont été tout de même comparés en Allemagne, à panier égal.

En conclusion, les produits disponibles à la vente chez Mere se sont au final avérés très calorique. Leur provenance n’était pas pour la plupart « indiquée« , mentionnait Capital.