Pour la énième fois, Bruno Guillon, aux commandes d’un nouveau numéro des Z’amours se retrouve confronter à un très grand moment de solitude. Surpris par l’anecdote d’un candidat, l’animateur a été départagé entre rire et pleurer. Les détails…

Très inspiré par les questions jugées parfois loufoque de Bruno Guillon, tous les candidats des Z’amours, tout au long de l’histoire de cette célèbre émission de la deuxième chaîne, n’ont jamais été avares pour raconter des anecdotes des plus abracadabrantesques de leur couple.

De Jean-Luc Reichmann en passant par Tex, jusqu’à Bruno Guillon, l’ambiance reste la même. Le secret ? Tout repose sur le talent particulier de l’équipe de production à faire les tracas de la vie quotidienne des couples en un sujet qui prête à rire. En voici l’exemple parfait pour décrire au mieux cette image.

Je vais avoir un bébé, c’est cool« 


Lorsque l’émission a été très bien lancée, un couple a ouvert les champs des confidences. Pour ainsi dire, c’est l’homme qui a pris l’initiative de raconter sa propre version de leur histoire. “L’an passé, je commençais à chercher du travail », débutait-il pour attirer l’attention des téléspectateurs. « J’avais eu un refus ce jour-là, donc j’étais un peu démoralisé », poursuivait-il.

Ne sachant que faire, sa compagne « a trouvé que c’était une bonne idée » de lui « annoncer qu’elle était enceinte », poursuivait-il. « A la base », ajoutait-il, « on se disait qu’on ne voulait pas d’enfant, qu’on voulait attendre un peu, trois ans…”

Mais entre-temps, les choses ont certainement changé. Après quelques temps de réflexion, tout en pesant le pour et le contre, le jeune homme a fini par prendre une résolution.

Quelques heures sont passées, je me suis fait à l’idée, j’ai commencé à être heureux, je me suis dit : “Je vais avoir un bébé, c’est cool ”, avouait par la suite le chéri de Lou, avant de ponctuer : “Hélas, quand il revient à la maison pour annoncer qu’il a changé d’avis, le cauchemar commence ! »

« C’était une petite revanche« 


De base, c’était pour le stresser, parce qu’il ne voulait pas d’enfant !”, réagissait-elle. Touché, Bruno Guillon fait appel à la solidarité masculine . “Il venait d’apprendre qu’il venait de ne pas être accepté pour un boulot. La même journée ça fait un peu beaucoup, quand même !”, déclarait-il. “Il m’en fait aussi des blagues, c’était une petite revanche”, se défendait Lou.