Les candidates des Reines du shopping ne cessent jamais de surprendre les téléspectateurs. Le mercredi 3 mars dernier, une certaine Besjana n’a pas pu dissimuler sa déception en découvrant la somme mise à sa disposition pour trouver des habits en parfaite adéquation avec la thématique choisie par la production. Vivant en Suisse et habituée à faire ses shoppings avec un budget assez conséquent, la pétillante jeune femme a eu du mal à composer son look…

Depuis le lundi premier mars dernier, Cristina Cordula s’est lancée dans une nouvelle compétition des Reines du shopping pour mettre la main sur la candidate la plus « stylée avec un pantalon à motifs ». Le résultat final ne sera connu qu’à partir de ce jour (5 mars 2021).

« Est-ce qu’elle va avoir le côté stylé, la petite touche en plus
»


Le mercredi 3 mars dernier, Besjana a fait son apparition sous l’œil amusé de Cristina Cordula. Encouragée par la richesse insoupçonnable de sa garde-robe, témoignant son goût en matière de style et son élégance, la femme au foyer suisse, âgée d’une trentaine d’années est sûre de son coup…

« Elle est très classe », reconnaissait Astrid, l’une de ses concurrentes. « Mais du coup, est-ce qu’elle va avoir le côté stylé, la petite touche en plus ? », ironisait-elle par la suite celle qui adore les looks explosifs et très riche en couleur.

D’une façon ou d’une autre, la principale intéressée s’est déjà fixée un défi, celui de rester toujours moderne sans jamais succomber au look trop guindé. Une idée fortement partagée par l’animatrice vedette de M6, Cristina Cordula.

La voix-off de Cristina Cordula interpelle Besjana


S’il y a bien une chose que la suissesse ne s’y attendait point du tout, c’est surtout la somme de 350 euros allouée pour sa partie shopping. Au moment d’ouvrir la fameuse enveloppe, Besjana a eu du mal à cacher sa déception.

« Eh ben cachez votre joie… », lui adressait finalement la voix-off de Cristina Cordula. Mais cela ne lui a pas rendu service. « Ouais… 350 euros, c’est pas le top… », réagissait-elle, avant d’ajouter : « Mais on va se débrouiller ». « C’est une compétition, c’est pour cela qu’on rend les choses difficiles, sinon ce ne serait pas une compétition »,expliquait la présentatrice.