Le départ houleux de René Malleville de Touche pas à mon poste n’a sûrement pas échappé à aucun des inconditionnels du talk-show. Ce lundi, Bernard Montiel de faire part du retour du chroniqueur de 63 ans dans la bande. Pour une surprise, c’en est bien une !

L’affaire René Malleville a, quelques mois plus tôt, fait beaucoup de bruits. Contre toute attente, Bernard Montiel annonce ce lundi via son réseau social à l’oiseau bleu que le Marseillais fera son retour dans le talk-show ce soir même.

René Malleville annonce les conditions de son retour.


Mais détrompez-vous ! René Malleville avait déjà laissé entendre que l’ambiance en coulisses ne lui plaisait guerre et ne lui va pas non plus. Il ne s’agit pas vraiment de retour mais tout juste d’une petite intervention de sa part, bref une visite de courtoisie si l’on peut s’exprimer ainsi.

« Ce soir, dans TPMP, le retour exceptionnel de notre René Malleville qui expliquera les turbulences assez graves à l’OM ! 19h35 ce soir« , faisait mention le complice de Kelly Vedovelli.

Le principal intéressé n’a pas manqué de commenter le tweet : « Merci mon ami Bernard Montiel. Tu sais les conditions que j’ai posées pour remonter exceptionnellement dans TPMP, je compte sur toi pour que ça ne déborde pas ! Et de prévenir le chroniqueur : « Je te le dis, je me casse en pleine émission. Tu me connais un peu maintenant, tu sais que je m’en bats les couilles. »

Retour sur ce départ fracassant de René Malleville.


Rappelons-le, c’est ce novembre dernier que René Malleville a décidé de quitter la bande de chroniqueurs de Cyril Hanouna. Ayant mal pris et se sentant offensé par la réaction un tantinet trop dépassé de Benjamin Castaldi et de Jean-Michel Maire, celui-ci de s’emporter qu’on le prenne pour le dindon de la farce.

« Je m’en vais. (…) Je me casse moi. Je ne suis pas là pour faire le comique de la troupe. Je suis pas là pour faire le comique des petits bobos parisiens là ! ». Tout a débuté par un fou rire de Benji. Un fou rire qui lui a valu à sa famille et à lui un torrent d’insultes et de menaces de morts.