Pour la énième fois, Laurent Bignolas dérape sur le plateau de Télématin. L’animateur vient de lâcher encore une fois une blague de mauvais goût qui ne passe pas. Une situation qui met a mal la production de France 2.

Laurent Bignolas dérape dans Télématin sur France 2. Portant déjà l’étiquette d’une personne odieuse, il a fallu que Laurent Bignolas en rajoute une couche le samedi 10 avril dernier. Il s’est en effet permis une vanne de très mauvais goût juste après que Julia Livage ait présenté une chorégraphie de Sadeck Waff. De quoi contraindre la production à présenter ses excuses.

Cette sortie de Laurent Bignolas qui ne passe pas.


Il s’agissait notamment d’une chorégraphie de tutting inspirée des fameux vols de nuées d’oiseaux. L’on pouvait en effet voir les bras et doigts de 64 danseurs et danseuses suivre un même mouvement. « Un phénomène observable dans toute l’Europe de novembre à février », affirmait la journaliste.

Laurent Bignolas de compléter : « C’est une bonne idée. Pour tous ceux qui ont l’habitude de voler dans les grands magasins et comme ils sont fermés, autant faire de la chouré-graphie. » De quoi provoquer d’emblée un instant malaise.

Se rendant compte de sa bourde, Laurent Bignolas tentait alors de rectifier son tir : « Non, mais c’est magnifique. Je trouve ça magnifique. Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai dit une bêtise ? »

Les internautes n’ont pas attendu longtemps pour le faire signaler auprès du CSA. Ils ont également rapporté « la bêtise » en question à Sadeck Waff. « Blague (Raciste), ou maladresse ??? J’ai peur de m’emporter trop vite, vous en pensez quoi ? », pouvait-on lire.

« Cher Sadeck Waff, chers téléspectateurs, Nous vous présentons nos sincères excuses pour ces mots totalement inappropriés et involontairement blessants, s’est empressée à s’excuser la rédaction de Télématin. Ils ne reflètent en rien le respect que nous avons pour votre travail ; celui que nous avons souhaité mettre en lumière hier. »

Pour une personne « d’influence » … Les amalgames et préjugés sont dangereux. »


Sauf que les internautes exigeaient à ce que les excuses proviennent directement de Laurent Bignolas en personne. «  Il manque surtout des sanctions: quand l’injure raciale est un délit, le minimum que l’employeur devrait infliger est une suspension », avaient-ils rajouté. « Est-ce suffisant ? C’est surtout à la personne responsable de ces propos de présenter ses excuses« , précisait-on. Véhiculer de tels propos sous entend une façon de penser très problématique, avançait-il. Pour une personne « d’influence » … Les amalgames et préjugés sont dangereux. »