Pour ne pas avoir à régler les dettes fiscales de Johnny, Laeticia Hallyday fait la causette à la justice…Qui lui a accordé un sursis de 6 mois. Fashiontechweek vous donne tous les détails.

Tous les moyens sont bon…Laeticia Hallyday fait la causette auprès de la justice en vue d’obtenir un sursis pour le payement des dettes fiscales de son défunt mari. Comme indiqué ce 06 mai 2021 par Capital, Laeticia Hallyday est « venue exprès de Los Angeles » ce 15 mars « pour plaider sa cause devant les juges du tribunal de commerce de Paris ».

Laeticia Hallyday a droit à un sursis.


Si la promise à Jalil Lespert s’est mise à faire la causette auprès de la justice, c’est dans le seul objectif de placer « la société Navajo SARL » en procédure de sauvegarde. Une requête qui lui a été accordée ce 23 mars pour un délai supplémentaire de six mois. Grâce à ce sursis, la maman de Jade et Joy Hallyday a donc droit pour l’heure jusqu’à dix ans maximum pour s’acquitter de son dû. Ce qui lui permet alors d’avoir suffisamment de temps jusqu’à la liquidation de ses biens immobiliers.

Rappelons-le, « la société Navajo SARL » appartenant auparavant à Johnny Hallyday de son vivant, a été transférée suite à sa mort dans la fiducie californienne JPS Trust. Sa veuve en est la seule bénéficiaire. Il faut savoir que la société supporte à elle seule, la majeure partie des arriérés fiscaux que devait le Taulier.

13 millions d’euros de redressement fiscal sont imputés à Navajo SARL.


Sur les 34 millions d’euros de dettes fiscales que devait Johnny Hallyday, le fisc a bien voulu se plier. Cette somme s’est vue par conséquent être arrondie à 30 millions. Capital rapporte que 13 millions d’euros de ce redressement fiscal sont imputés à Navajo SARL. Une dette occasionnée par la tournée M’arrêter là. Une tournée qui s’est tenue courant 2009 et 2010, sur laquelle le légendaire rockeur n’avait pas payé d’impôts. 11 millions d’euros ont été à l’époque, provisionnés et portés au passif de la société détenue par Johnny Hallyday.

À la disparition de son mari, force est de constater que Laeticia Hallyday n’a seulement pas essuyer que des larmes, mais aussi et surtout des dettes colossales. Du haut de ses 46 ans, l’ex-mannequin se voit contrainte de s’affranchir d’une lourde somme. La succession de Johnny Hallyday lui coûte cher. Toutefois, elle compte tenir parole. « C’est mon devoir, je l’accepte « ,avait-elle reconnue en juillet 2020 dans les colonnes du magazine Paris Match.