Jean-Luc Reichmann brisé par la mort d’Yves Rénier. « Yves… Dis-moi que ce n’est pas possible. On était encore hier au téléphone ». On vous donne tous les détails dans nos prochaines lignes.

C’est à un Jean-Luc Reichmann brisé par la mort d’Yves Rénier auquel ses abonnés ont trouvé sur Instagram. Il n’a toujours pas digéré la mauvaise nouvelle. Hier encore, il avait eu le commissaire Moulin au téléphone. En effet, Yves Rénier s’est éteint dans la nuit du vendredi 23 avril au samedi 24 avril 2021 du haut de ses 78 ans.

Yves Rénier mort des suites d’un malaise cardiaque.


Son ami Jean-Luc Reichmann en est inconsolable. La mort ne prévient pas comme le dit l’adage. Et dire que ce grand nom de la comédie avait encore pas mal de projets à venir. Ce mars dernier déjà, il annonçait vouloir faire tourner Mathilde Seigner dans son prochain biopic, Le Dernier été, prévu à être diffusé sur France 2.

Ce sera malencontreusement un projet qu’il ne pourrait jamais plus réaliser. Yves Rénier est rappelons-le, un homme aux multiples casquettes. Il était à la fois acteur, présentateur, scénariste et également réalisateur. Selon les informations données par son épouse Karin à l’AFP, Yves Rénier a succombé des suites d’un malaise cardiaque depuis son domicile. Ses proches ne se sont toujours pas fait à l’idée de sa mort.

« On a eu une excellente connexion  » !


Jean-Luc Reichmann en fait partie. Ce dernier qui lui avait récemment fait tourner dans Léo Matteï un personnage de l’acabit du commissaire Moulin. L’épisode en question a été diffusé ce jeudi 22 avril sur TF1. « Jean-Luc Reichmann m’a proposé ce rôle en me disant : « Tu verras, c’est sympa, on tourne à Marseille et à Aix-en-Provence, tu ne t’emmerderas pas. » C’était déjà un bon argument. Sans compter qu’il était agréable de tourner avec Jean-Luc. On a eu une excellente connexion », révélait-il à Télé 7 jours.

Jean-Luc Reichmann ne manquait pas de faire part de sa tristesse dans un post déchirant. En légende d’une photo où l’animateur des 12 Coups de midi posait hilare face au défunt, pouvait-on lire: « Yves… Dis-moi que ce n’est pas possible. On était encore hier au téléphone. Je t’embrasse comme je t’aime ».