A l’occasion de la diffusion ce vendredi 26 février de « Gainsbourg, toute une vie » sur l’antenne de France 3, Jane Birkin a été invitée à s’exprimer sur son ancien compagnon. Sans que personne ne s’y attende, la chanteuse et actrice a livré un témoignage fracassant inédit sur Serge Gainsbourg. Fashiontechweek vous rapporte tout.

C’est sur une facette cachée de Serge Gainsbourg qu’est revenue Jane Birkin. Une révélation pour le moins inattendue de la part de son ex-compagne de vie. Rappelons-le, le poète rencontre l’actrice britannique Jane Birkin en 1968 sur le tournage du film Slogan, avec laquelle il a une fille, Charlotte, en 1971.Le couple se sépare en 1980.

L’on ait pu apprendre que derrière son semblant de « grande gueule » se cachait un homme extrêmement pudique. Jane Birkin a tout au long de l’interview accordé au Monde, relaté la folle nuit ( la première, NDLR) qu’elle a eue avec Serge Gainsbourg.

« Il me mettait très mal à l’aise » !


Pierre Grimblat cherchait une fille pour Slogan, un film avec Serge Gainsbourg (…) Je suis venue faire un essai et j’ai eu le rôle. Je l’ai trouvé (Serge Gainsbourg) compliqué, arrogant, pendant le tournage. Il n’avait aucune gentillesse envers moi, il me mettait très mal à l’aise », débutait-elle avant de poursuivre : « On devait être fous amoureux dans le film, je devais me pencher à poil au-dessus de lui qui était dans la baignoire, et lui avait un maillot de bain ! C’était très difficile”, racontait Jane Birkin. “Tout d’un coup, j’ai compris que cette arrogance était de la timidité. Finalement c’était un chou. Drôle, charmant, prévenant“, assurait au final la maman de Charlotte Gainsbourg.

Cette folle soirée.


Il m’a demandé :« Je vous dépose chez vous ? » Et moi, avec un culot immense, j’ai répondu « non ». Je suis partie à l’hôtel avec cet individu(…)Au Hilton, le réceptionniste lui a demandé s’il voulait « la même chambre que d’ordinaire ». Je me suis dit « m*rde, m*rde, m*rde… » Mais, en arrivant dans sa chambre, le temps que je passe à la salle de bains, il s’était endormi. Je suis sortie, j’ai acheté au drugstore le disque sur lequel on avait dansé toute la soirée, je lui ai déposé entre les doigts de pied, et je suis repartie. J’étais au petit bonheur. Il m’avait fait sentir que j’étais de nouveau désirable, moi qui pensais que tout était perdu”, concluait-elle.