A 6 mois de sa séparation avec le père de sa fille, Ingrid Chauvin passe au règlement de compte familial. Les détails dans les prochaines lignes de Fashiontechweek…

Ingrid Chauvin fait un règlement de compte familial…Elle se bat contre l’emprise des pervers narcissiques.

Ce message subliminal d’Ingrid Chauvin.


Ingrid Chauvin s’est rappelons-le, séparée de son mari Thierry Peythieu ce mois de novembre dernier. Elle l’avait annoncée en personne sur son compte Instagram sans pour autant en dévoiler la raison. « On ne peut pas contrôler le comportement des autres. Mais on peut contrôler le moment où on ne veut plus avoir à le subir. », laissait-elle entendre un peu plus tard. Des propos qui ont suscité de nombreuses interrogations. Son règlement de compte familial n’en finit pas. En témoigne son story Instagram de ce mercredi 12 mai.

« Culpabilisation » !


« Culpabilisation« , faisait tout d’abord mention la comédienne de 47 ans avant de citer une phrase de Chantal Paoli-Texier, présidente de l’AJC. « L’auteur accuse l’autre de ce qu’il est, dit ou commet… Il se sert de l’identification projective, aussi appelée l’effet miroir. Cette inversion des rôles crée une culpabilité chez la victime, qui finit par se convaincre que tout est de sa faute. Elle ne réalise pas qu’elle est privée de sa libre pensée, elle se voit au travers du regard de l’auteur« , avait relayé l’héroïne de Demain nous appartient. Cette phrase permet en effet de définir une victime d’un pervers narcissique.

Ingrid Chauvin a déclaré depuis ce 26 avril dernier être la marraine de l’association AJC. Elle est sur tous les fronts pour combattre cette violence morale intrafamiliale. Cette organisation non gouvernementale, indique-t-elle « permet de donner la parole, afin de briser le silence qui entoure le harcèlement moral et la violence morale« .

Avec ses plus de 453 000 abonnés sur son fil Instagram, Ingrid Chauvin profite de sa notoriété pour « donner un petit coup de pouce » à ladite association. Dans une vidéo, la star explique son désir de vouloir « éveiller les consciences » sur ce sujet « tabou« . Et surtout interpeller  « certaines victimes qui ne savent pas qu’elles sont victimes« .

Ingrid Chauvin d’ensuite conclure : « J’ai envie d’aider AJC association à prendre un peu plus la lumière, à mettre en avant leurs missions, leurs combats. Il y a tout plein de choses à faire qui me tiennent à cœur«