Rappelons qu’Inès Loucif, a fait il y a peu le bonheur des fidèles téléspectateurs de Koh-Lanta, l’île des héros. Malgré le temps, la jeune infirmière garde toujours un souvenir très précieux de cette émission de téléréalité de TF1. Jusqu’à présent, selon ses propres confidences, elle refuse catégoriquement de s’adonner à cet acte « bizarre » qui lui rappelle tout de Koh-Lanta…

Pour chaque diffusion d’une nouvelle saison, plusieurs millions de Français se donnent rendez-vous derrière leur petit écran pour suivre l’intégralité de koh-Lanta. Vers la fin de l’île des héros, c’est en effet Naoil et Inès qui ont joué la grande finale tant convoitée par tous les aventuriers malgré la performance du siècle de Claude.

Naoil et Inès: deux destins différents?


Grande gagnante de cette édition, Naoil, déjà enceinte de son premier enfant, s’est concentrée à sa vie de mère. De son côté, Inès a pris un chemin tout a fait différent de celui de sa co-aventurière de Koh-Lanta.

Après son passage très remarqué à l’antenne de la première chaîne, la jeune femme a mis entre parenthèse son ancienne vie, voire même son travail en tant qu’infirmière. Elle se donne à fond à la téléréalité. Récemment, Inès a marqué de ses empreintes le plateau de La Villa des cœurs brisés.

Durant la première séquence de la onzième saison, l’ancienne star de Koh-Lanta a suscité beaucoup de commentaires après cette histoire de maillot de bain qui a laissé ses fesses en l’air. « Quand je mets mon tanga chez moi », débutait-elle durant une entrevue avec TV Mag , « face au miroir sans trop bouger », poursuivait-elle. « il est parfait, pas trop échancré, suffisamment couvrant. C’est en participant à la première épreuve que j’ai compris mon erreur« , ajoutait-elle.

« j’ai volé le gros pot de riz !« 


Cela paraît impossible mais Inès ne parvient toujours pas à se détacher de Koh-Lanta. « C’est bizarre mais je refuse de déballer mon sac de l’aventure », confiait-elle. « Quand je l’ouvre, ça sent encore le feu de bois, l’eau de mer… J’adore« , confirmait-elle.

« J’ai ramené quelques souvenirs », renseignait-elle. Il y entre autres, « ma gourde, des papiers annonçant les épreuves, un sachet d’hydratation que le médecin nous donnait parfois, mes billets d’avion… Et j’ai volé le gros pot de riz !« , a-t-elle terminé.