Farouche opposant de téléréalité, Géraldine Maillet a livré le fond de sa pensée en direct de TPMP. Inflexible pour le respect des valeurs morales et éthiques, la chroniqueuse n’a pas caché son hostilité face à la montée de ces programmes. Maman d’une fille d’à peine 20 ans, elle s’inquiète avant tout de l’influence que cela peut avoir sur les jeunes d’aujourd’hui.

Officiant sur C8 depuis 2016 au poste de chroniqueuse de Touche pas à mon poste, Géraldine Maillet n’a jamais dissimulé son opposition aux diverses émissions de téléréalité. Que l’on parle des Anges des Marseillais, ou encore des Mariés au premier regard, pour elle c’est du pareil au même.

Géraldine Maillet: son avis bien tranché contre la chirurgie esthétique


En effet, l’écrivaine et réalisatrice est contre toute forme d’exhibition basée malheureusement sur des nombreuses critères réductrices. Ce qui l’inquiète le plus c’est que, cela amène les jeunes à croire que la réussite est tributaire à la beauté physique. Mais aussi au caractère impulsif.

Le premier appelle le recours inévitable à la chirurgie plastique. Cette pratique est un terrible engrenage où il est souvent difficile de s’en priver. Les pratiquants débutent souvent par le désir de faire des retouches mineures. Mais dans la majorité des cas, ils finissent très rapidement à devenir dépendants. Et arrivée à ce stade, ils ne se gênent plus à opérer un changement beaucoup plus important.

Le second appelle à une tendance à créer le buzz sur le devant de la scène. Loana, la gagnante de la première saison Loft Story est le cas le plus représentatif dans ce domaine. Et on connaît désormais sa fin malheureuse.

La réaction de Jean Messiha


Jean Messiha, présent sur le plateau de TPMP le mardi 28 avril 2021 a déjà abordé le même sujet. Contrairement à sa collègue, il s’est appuyé sur les impacts négatifs des programmes de téléréalité sur le développement intellectuel des jeunes.

Connaissant l’humeur de l’homme politique, il n’est pas allé par quatre chemins pour le dire. D’après ses recherches, la télé-réalité “rend c*n”. A la tête d’une grande famille avec plusieurs enfants à charges, il partage l’inquiétude de Geraldine Mailllet.

« Sur 27 000 collégiens de troisième, que ceux qui suivent la télé-réalité ont une baisse de leur niveau en mathématiques de 11% et de leur niveau général de 16%. Les émissions de télé sont pauvres en vocabulaire”.