The Voice fera son retour sur le petit écran à compter de ce 6 février prochain avec Florent Pagny au fauteuil rouge des coach. En étant un habitué du télécrochet, le chanteur n’a pas manqué de faire parler de lui et s’est révélé être très intransigeant envers les candidats. Il ne ménage pas du tout cette saison

Plus que quelques jours…Et les inconditionnels de The Voice pourront de nouveau ce 06 février se régaler de voir les talents se faufiler sur leur petit écran.

Une saison pas comme les autres.


Covid-19 oblige, le télécrochet de TF1 est évidemment régi par des protocoles pour le moins très stricts. Cette saison inédite verra naître une nouvelle épreuve dont notamment les cross battles. Plus palpable encore : la composition du jury.

Deux des précédents coachs seulement ont renouvelé leur contrat pour cette dixième saison de The Voice, Amel Bent et Marc Lavoine. Rejoints cette année par Vianney et Florent Pagny. Ces deux derniers venus remplir les places que Pascal Obispo et Lara Fabian ont laissé pour vides.

 » Il ne faut pas trop s’emballer « .


L’interprète de Ma Liberté de penser avait donné sa parole à la production qu’il reviendrait et il a bel et bien tenu parole ! De plus, les rouages du programme n’a plus aucun secret pour lui. « Ça reste un jeu. Il faut se faire plaisir, comme je le dis à mon équipe quand on se retrouve après les auditions à l’aveugle », confie-t-il.

Pour son retour, Florent Pagny s’est révélé être très dur avec ses talents. L’artiste ne mâche pas ses mots envers les talents : « Ils vont presque tous être virés avant la fin, c’est pourquoi il faut garder l’esprit ludique et ne pas trop s’emballer ».

Il ne cherche toutefois qu’à être réaliste…L’objectif est notamment de pousser les talents à donner le meilleur d’eux-mêmes.

« Comme le chant est basé sur la confiance, j’essaie toujours de chercher leur point fort. Je leur explique aussi que je serai là mais pas tout le temps. Ils ne doivent pas s’attendre à me voir à tous leurs concerts mais s’ils ont besoin d’un avis, je réponds toujours présent » rajoute Florent Pagny.