Aux commandes d’un nouveau numéro de Touche pas à mon poste diffusé sur C8 le mardi 2 mars dernier, Cyril Hanouna a encore haussé le ton contre l’un de ses invités. Agacé au plus haut point par les propos tenus par Bruno Attal, un membre très actif d’un syndicat de la police, Baba, toujours aussi direct et poignant, l’a recadré sèchement. Les détails…

Pour rappel, un producteur de musique prénommé Michel Zecler, en chemin pour se rendre à son travail a été surpris par une patrouille de trois policiers et s’est fait tabasser à mort dans le 17ème arrondissement de Paris, à proximité de son studio d’enregistrement.

« Les images de l’agression ont-elles été manipulées ?« 


Les images de son agression ont montré le paroxysme de la violence policière. Postés sur les réseaux sociaux, elles avaient choqué l’opinion publique, provoquant une très vive polémique entre les politiques et la société civile.

Après l’adoption de la proposition de loi sur la sécurité globale par l’Assemblée Nationale, les principales motivations de ces membres des forces de l’ordre restent floues. Mais les enquêtes, selon un haut responsable de l’affaire, poursuit son cours normal.

Le mardi 2 mars dernier, Cyril Hanouna a débuté son émission par un tumultueux débat portant sur la suite de l’affaire Michel Zecler. « Les images de l’agression ont-elles été manipulées ?« , se demandait-il pour ouvrir le bal. Noam Anouar, un ancien fonctionnaire de police ainsi que Bruno Attal, du syndicat des « policiers en colère », ont participé activement à la discussion.

« Ils ont été traités comme des chiens…« 


Mais l’ambiance s’était dégénérée très vite. En défendant les agresseurs, Bruno Attal a fini par s’attirer les foudres de Cyril Hanouna. « Vous savez que mes collègues sont toujours innocents », affirmait le syndicaliste.

« Ils ont été traités comme des chiens et leurs enfants ont pleuré. Vous aviez dit ici que leurs parents étaient des racistes !« , ajoutait-il. « On n’a jamais dit ça ? Moi j’ai dis ça ? Vous avez la vidéo ?« , s’insurgeait immédiatement Cyril Hanouna.

Il ne s’est pas arrêté là. « ici dans cette émission, nous ne sommes pas anti-flics ! (…) », poursuivait-il avec un visage très ferme, avant de balancer : « Vous racontez n’importe quoi !«