L’affaire des dîners clandestins n’en finit pas de faire parler d’elle. De nouveaux noms viennent allonger la liste. Epinglés, deux personnalités ont récemment passé aux aveux.

Alors qu’une enquête est en cours dans le cadre des dîners clandestins, Mediapart révèle ce samedi 10 avril, la présence de deux autres célébrités à cette « soirée de haut-standing ». Connaissant les risques encourus, ils ont préféré jouer la carte de la franchise. Fashiontechweek vous donne l’identité des principaux intéressés.

« Il y a beaucoup de monde qui passe, des entreprises, des élus… »


Pierre-Jean Chalençon risquerait de faire encore polémique pour bien longtemps. Cette affaire semble cacher bien plus que ce que l’on pourrait imaginer. Ce n’est qu’une partie de l’iceberg auquel le public a pour l’heure droit. Tôt ou tard, ces quarante personnes présentes à ces « dîners mondains clandestins » finiront par être dévoilé au grand jour.

Sommés de s’expliquer, Brice Hortefeux et l’éditorialiste Alain Duhamel ont confirmé avoir été à l’un de ses « dîners clandestins ». Une tierce personne, dont l’identité n’a pas été précisée par Mediapart, aurait indiqué à l’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy l’existence d’un « club » soi-disant « légal » pour des entrevues. « Cette personne me dit : « Il y a beaucoup de monde qui passe, des entreprises, des élus… » Et de rajouter : « Quand vous savez cela, vous vous dites que vous êtes dans les clous ».

Alain Duhamel « piégé« .


Il était ce soir-là accompagné d’Alain Duhamel. Le journaliste politique se serait rendu au point de rencontre à la demande de Brice Hortefeux. L’éditorialiste confie avoir été quelque peu « piégé ». Et pour cause : Alain Duhamel affirme n’avoir à ce moment-là aucune idée de l’endroit où ils comptaient se rendre.

« Je croyais que ce serait soit chez lui, soit chez un de ses amis, expliquait-il avant d’avouer : « et puis je suis monté dans ce truc-là. Je ne suis pas du tout du genre club, etc. Et puis, rajoute-t-il encore. Je me suis aperçu qu’il y avait des gens qui déjeunaient. On m’a emmené tout de suite dans une petite salle à manger au fond, où nous étions trois », avait-il fini par conclure à Mediapart. Il espère s’en tirer en attirant l’attention sur une troisième personne.