Aujourd’hui de retour parmi la bande à Cyril Hanouna, Delphine Wespiser semble plus à l’aise que jamais. Rappelons-le, l’ancienne Miss France a quitté son rôle de chroniqueuse courant 2019. Interviewée ce vendredi 19 mars 2021 par la rédaction du magazine Public, la jeune femme de 29 ans a évoqué la raison de son départ.

« Je ne m’y sentais plus bien » ! Ce n’est que ce vendredi 19 mars 2021 que l’on a pu apprendre la véritable raison pour laquelle Delphine Wespiser a claqué les portes de Touche pas à mon poste au courant de l’année 2009. Il faut savoir que ce fût à l’époque à travers un post sur les réseaux sociaux que l’ex-Miss France a annoncé son départ du talk-show phare de C8.

« Je suis partie car je ne m’y sentais plus bien » !


Contre toute attente et pour le plus grand bonheur des fidèles téléspectateurs de Touche pas à mon poste, la protégée de Sylvie Tellier y a fait son retour cette saison. Elle est revenue au décours d’un entretien accordé au magazine Public sur les raisons de ce départ intriguant, un numéro inédit sorti en kiosque ce vendredi 19 mars 2021. « Je suis partie car je ne m’y sentais plus bien« , révélait-elle tout d’abord.

L’Alsacienne d’ensuite poursuivre : « Désormais, on me donne une autre parole, un autre rôle, je me sens bien plus à l’aise, à ma place« . D’ailleurs, elle affirme être « ravie et fière » d’intégrer à nouveau la bande après s’être offerte cette pause dont elle avait vraiment « besoin« .

« J’avais l’impression qu’on voulait me cantonner à des sujets plus légers » !


« C’est une personne que j’apprécie beaucoup il m’a donné ma chance (Cyril Hanouna, Ndlr)… c’était un exercice pas facile, c’est pas évident de finir les phrases. Moi j’avais pas envie d’être dans la case de la belle nana à qui on met des décolletés et qui ne peut pas parler plus loin », regrettait-elle à Jordan De Luxe dans L’instant de luxe. Il y a deux ans, se rappelait-elle « (…) j’avais l’impression qu’on voulait me cantonner à des sujets plus légers, au sujet de Miss France et de mon chéri Roger. J’avais l’impression qu’on était que sur ces deux registres ».