Cyril Hanouna cash, il n’a « pas envie d’être copain avec les politiques« ! L’animateur historique de C8 s’est enfin décidé à livrer sa vérité. Fashiontechweek vous met au parfum.

Comme à l’accoutumée, Cyril Hanouna a été cash, « Moi, je n’ai pas envie d’être copain avec les politiques, je vous dis la vérité ».

Sans fausse modestie, Baba reconnaît l’intérêt de toujours solliciter les politiciens à venir systématiquement sur TPMP. Mais son objectif n’est, en aucune manière, d’établir des affinités avec eux.

Cyril Hanouna affirme se servir des membres du gouvernement…


Ces derniers temps en effet, Cyril Hanouna favorise l’intervention des hauts responsables politiques. Comme Jean Messiha, Marlène Schiappa, Jean-Luc Mélenchon, ou encore Gabriel Attal , ils viennent à l’antenne pour débattre avec ses chroniqueurs des sujets d’actualités tous azimuts.

Par ailleurs, l’animateur reconnaît en fait que la majorité d’entre eux ne viennent sur le plateau que pour soigner leur image. Nonobstant, le papa de Lino et Bianca confié également de « se servir d’eux comme trait d’union« . Dans ce cas de figure, il désire plus que tout au monde, à conscientiser ses concitoyens à favoriser le dialogue avec les politiques à tous les échelons.

« Tout ce dont j’ai envie, c’est d’être un médiateur« .


« Moi, je n’ai pas envie d’être copain avec les politiques, déclarait-il haut et fort. Je vous dis la vérité« , précisait-il très clairement. « Tout ce dont j’ai envie, poursuivait-il, c’est d’être un médiateur« .

C’était sa principale motivation d’ailleurs lorsqu’il avait même effectué le déplacement jusqu’au bâtiment du ministère de l’éducation pour convaincre Jean-Michel Blanquer à accepter sa proposition de débattre en direct de TPMP face à quelques têtes d’étudiants. Loin de lui l’idée de consolider une quelconque relation avec « ces gens ».

En effet, le 3 mai 2021, Cyril Hanouna a exprimé ses inquiétudes pour l’avenir des étudiants français face à la crise sanitaire. En outre, il a fait part également de très graves problèmes qu’ils rencontrent le long des préparatifs au bac jusqu’aux jours des examens. Il n’y a rien de mieux ainsi pour le trublion de C8 que d’entendre l’avis de premier responsable de l’éducation lui-même. Mais cela n’a rien donné. « On va encore faire des aménagements« , déclarait-il face à son échec.