Découvrez la somme mirobolante déboursée par Pierre-Jean Chalençon pour l’achat du Palais Vivienne. Vous n’allez pas y croire. C’est énorme !

Vous ne devinerez jamais la somme mirobolante déboursée par Pierre-Jean Chalençon pour l’achat du Palais Vivienne ! Cette propriété fait en effet pour l’heure une grosse polémique depuis l’affaire des « dîners clandestins« . Le Palais Vivienne est pointé du doigt d’abriter tout le gotha parisien dans le cadre des soirées mondaines clandestines.

Deux versions différentes.


Soupçonné d’enfreindre les restrictions sanitaires mises de vigueur par le gouvernement, la propriété de l’ex-acheteur d’Affaire conclue a été récemment perquisitionné par la police judiciaire. L’ancien acolyte de Julien Cohen a lui-même été embarqué par les autorités. Il a été placé en garde à vue en même temps que Christophe Leroy, le chef cuisinier dudit « dîners clandestins« . Si ce dernier affirmait que ce fût une « erreur« , l’énergumène a tenu un tout autre discours.

Interviewé par la rédaction de l’Obs, le collectionneur français admettait regretté énormément la tournure prise par cette affaire. Son personnage déchaîne les passions pour l’heure puisqu’il fait scandale auprès de l’opinion publique. 24 hôtes avaient réglé la note de 210€ chacun. Malgré les rumeurs, il admet n’avoir jamais reçu de ministres.

« Il ne représente pas un train de vie, mais une charge » !

Il a par la suite détaillé sa situation financière. Une situation financière qui ne se porte pas à merveille compte tenu les confidences de Pierre-Jean Chalençon. Il confie actuellement être à la fois « endetté » et « fauché comme les blés ». Il aurait indiquait-il été fiché durant un bon bout de temps à la Banque de France. « Ce palais, je l’ai acheté plus de 6 millions d’euros, oui, mais à crédit. Il ne représente pas un train de vie, mais une charge », avait-il fini par dévoiler. Une situation pas croyable et qui certainement va à l’opposé de ce que tout le monde croyait connaître.

Avec la crise sanitaire qui bat son plein, Pierre-Jean Chalençon fait part de l’éventualité d’une mise en vente du Palais Vivienne afin de pouvoir mettre fin à tous ses soucis et charges financiers. L’affaire des « soirées de haut standing  » n’arrange en rien sa situation. Il est plus que jamais dans la tourmente.