Découvrez cette dernière volonté de Michel Drucker qu’il voulait absolument que ses médecins respectent avant son opération du cœur. Résumé.

La rédaction de Fashiontechweek vous révèle dans ses prochaines lignes cette dernière volonté de Michel Drucker à laquelle ses médecins devraient absolument s’en tenir.

« Bref, j’ai un risque sur quatre d’y rester ».


Deux lourdes opérations du cœur, coma artificiel, une longue et très accablante période de convalescence…Notre Michel Drucker National nous revient plus en forme que jamais après avoir délaisser son célèbre canapé rouge durant plus de six longs mois. C’est en effet depuis ce 28 mars dernier que le mari de Dany Saval a fait son retour sur les écrans.

S’il a pu du haut de ses 78 ans échappé à la mort, il n’en avait pas moins peur. Interviewé dans les colonnes du magazine Paris Match, Michel Drucker s’est remémoré avoir subi  « plusieurs échographies œsophagienne ».  « Une horreur ! Je suis mis sous perfusion d’antibiotiques 24/24, mais le germe résiste, avait-il poursuivi. Le diagnostic tombe enfin : « Je souffre d’une endocardite infectieuse« .

L’animateur de Vivement Dimanche d’entrer dans les détails. « Le 20 septembre, le professeur Hagège m’indique qu’il faut opérer, changer la valve mitrale. Le chirurgien en profitera pour réduire le muscle cardiaque ».

Parce que, continuait-il. « Il me révèle également que j’ai trois coronaires bouchées ». « Un triple pontage » s’avère par conséquent « nécessaire ». Dans la foulée, Michel Drucker confiait en être « abasourdi » vu l’acharnement qu’il a à prêter attention à son « hygiène de vie« .

« C’est une opération à cœur ouvert risquée, parce que je peux faire un AVC pendant, expliquait le Taulier de France 2 avant de résumer la situation. « Bref, j’ai un risque sur quatre d’y rester ». Tous les scénarios possibles lui traversaient alors évidemment l’esprit. Michel Drucker d’ensuite faire part de ses dernières volontés à ses chirurgiens. « J’encaisse et je préviens alors : si ça se passe mal, si j’ai des séquelles, qu’on me débranche. »

Un retour pas comme les autres.


Fort heureusement, il y a beaucoup eu plus de peur que de mal. Pour son retour, l’animateur a enregistré un Vivement dimanche qui sort de l’ordinaire. Pour l’occasion, il a été entouré d’une pléiade d’humoristes.