La Covid-19 a bouleversé notre mode de vie. Les voyages en Europe sont possibles mais sous certaines conditions. Ce qu’il faut savoir sur le pass sanitaire de vos prochaines vacances d’été !

Bonne nouvelle, les voyages en Europe sont désormais autorisés mais sous quelques conditions près. C’est là que le pass sanitaire entre en jeu. Découvrez ce qu’il faut savoir sur le pass sanitaire de vos prochaines vacances d’été. C’est ce sésame qui va en effet permettre aux Français de voyager en Europe.

Le pass sanitaire entrera en vigueur dès ce 1er juillet 2021.


Le pass sanitaire ne doit en aucun cas être confondu avec le pass vaccinal. Les eurodéputés et représentants des 27 se sont au final parvenus à un accord sur la mise en place du pass sanitaire (appelé autrement, certificat sanitaire européen) qui entrera en vigueur ce 1er juillet 2021.

Rappelons-le, la France a commencé à amorcer son processus de déconfinement progressif depuis le 03 mai dernier. A compter de ce 9 juin, le pass sanitaire sera exigé pour pouvoir accéder aux grands rassemblements culturels à l’instar des festivals, foires, salons, concerts, etc. Sans oublier lors des voyages notamment à l’approche des vacances estivales.

Sur le pass en question figurera, le certificat de test négatif, le certificat de rétablissement de la Covid-19 ainsi que le certificat de vaccination contre la Covid-19. Avant qu’il ne puisse circuler officiellement, tout individu vacciné contre la Covid-19 va disposer après l’injection, d’une attestation de vaccination « certifiée » au format papier. Cette dernière sera délivrée par le professionnel de santé qui s’est chargée de la vaccination. Elle pourrait par la suite être stockée dans l’application TousAntiCovidCarnet  en guise de version numérique. Ce qui vous sera utile en cas de voyage.

Le pass sanitaire, cet « élément clé de la reprise des voyages » !


Le pass sanitaire est en effet, comme l’a bien souligné la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, « un élément clé sur la voie d’une reprise des voyages de façon sûre et aisée à travers l’UE ».

Selon le texte qui a été voté, les Etats membres « s’abstiennent » pour cette fois « d’imposer des restrictions de voyage supplémentaires ». Il n’y aura donc pas pour cette fois ni de test ni d’isolement « à moins qu’ils ne soient nécessaires et proportionnés pour protéger la santé publique ».