Zoom sur ce gros scandale auquel la reine Élisabeth II doit encore faire face. Après celui des princes Andrew et Harry qui continue à donner du fil à retordre la couronne britannique, une nouvelle affaire éclate au grand jour.

La couronne britannique se retrouve de nouveau sous le feu des projecteurs. Ce gros scandale auquel la reine Élisabeth II doit faire face ne cesse de prendre une ampleur difficilement gérable. Cela risque en effet d’avoir un impact négatif sur la santé de la souveraine…Elle qui ne se remet pas encore de la récente disparition de son mari et confident, le prince Philip .

Michael de Kent, le cousin de la monarque, fait pour l’heure objet d’une enquête portant sur une affaire de corruption. L’enquête en question est menée par le Sunday Times de Londres. Il aurait fait usage de son titre de royauté pour vendre un accès privilégié au régime de Vladimir Poutine. Pour l’attraper, les journalistes enquêteurs se sont faits passés pour des investisseurs coréens souhaitant vendre leur or en Russie.

Michael Kent reconnaît être en relation avec la Russie.


Il a facilement tombé dans le piège et s’est donc proposé de les représenter confidentiellement auprès du chef d’Etat russe contre 10.000 livres par jour. Mais ce n’est pas tout. Il a également suggéré dans une caméra cachée enregistrer pour ses clients un discours depuis le palais de Kensington. Et ce service lui rapporterait la coquette somme de 200.000 dollars.

La grand-mère maternelle de Michael de Kent est bel et bien de nationalité russe, comme l’on peut lire sur le site officiel. Il a « un fort intérêt pour le pays« , comme inscrit dans sa biographie et « est devenu le premier membre de la famille royale à apprendre le russe, se qualifiant finalement en tant qu’interprète russe« . Toutefois, il nie en bloc toutes les accusations portées à son égard.

Comment réagira la reine Elisabeth II ?


« Rien, assurait le représentant légal de Michael de Kent . Ne pouvait se passer sans l’accord de l’ambassade britannique et l’aide de la chambre de commerce russo-britannique, dont le prince Michael est patron« . Si la Couronne ne s’est pas encore jusque-là prononcée, cela ne finirait-il pas comme en 2019. Rappelez-vous du prince Andrew mis en retrait de la vie publique par la reine Elisabeth II après que son nom avait été cité dans l’affaire Jeffrey Epstein.