Cambriolée, Caroline Margeridon s’explique enfin sur les 500 000 euros volés dans son domicile. Une expérience au goût amer pour l’acheteuse d’Affaire conclue. Découvrez ses propres confidences!

Cambriolée, Caroline Margeridon revient sur ce moment particulièrement sombre de sa vie. La rivale de Pierre-Jean Chalençon n’est pas prête d’oublier les 500 000 euros qu’elle avait perdus ce soir-là.

Pour rappel, un groupe d’individus a pénétré par effraction dans son appartement aux alentours de 19h30. Ils sont repartis avec de nombreux objets de valeur ainsi que de l’argent liquide. Selon la victime, la perte s’élevait à hauteur d’un demi-million d’euros.

Quelques semaines plus tard, la collectionneuse de 54 ans s’est saisie de son compte Instagram pour exprimer sa douleur.
« Je voulais juste vous remercier 1 000 fois, débutait-elle. Vous savez que j’ai été cambriolée, poursuivait-elle. C’est quelque chose de très traumatisant, très choquant« , regrettait-elle.

Cambriolée, Caroline Margeridon promet de « péter la gueule » des voleurs


Invitée d’Evelyne Thomas à l’antenne de Non Stop People deux mois après ce vol, Caroline Margeridon y revient avec ferveur. L’acolyte de Julien Cohen a fait la promesse de « péter la gueule » des malfaiteurs.

« C’est la deuxième fois que ça m’arrive, poursuivait-elle, très en colère. Une fois, on m’a cassé ma vitre au feu rouge, on m’a volé, expliquait-elle. Je cours après les voleurs, puis après au commissariat, ajoutait-elle. J’ai retrouvé mon sac et les voleurs, soulignait-elle ». « Je suis sûre que je vais les retrouver« , s’assurait-elle.

Des années d’économies parties en fumée


Par la suite, Caroline Margeridon a pris le temps d’expliquer au moins aux téléspectateurs pourquoi elle gardait autant d’argent chez elle. C’est ce qui a d’ailleurs embarrassé l’opinion publique dans cette affaire.

« Quand on est broc dans l’âme, l’argent a-t-elle fait bien comprendre, c’est fait pour être dépensé« . Pour elle, acheter c’est investir. « Je ne sais pas faire d’économies« , confiait-elle. S’il y a bien « une chose une chose qui se vend très bien dans nos métiers, ce sont les bijoux et les sacs à main« . En comprenant ce concept, elle s’est lancée dans ce domaine depuis ses 15 ans. « Dès que je gagne un peu de sous, je vais plutôt acheter ou un sac ou un bijou. Donc j’en avais un peu beaucoup« , témoignait-elle.