Les nouvelles de Bernard Tapie ne sont pas bonnes. Comme indiqué par son avocate Me Julia Minkowski, son état de santé se « dégrade » de jour en jour. Le point sur la question.

Comme annoncé ce lundi à la Cour par Me Julia Minkowski– l’avocate chargée de défendre Bernard Tapie pour son procès en appel à Paris pour « escroquerie » dans l’affaire de la vente en 1993 d’Adidas par le Crédit lyonnais- informe que son client est bel et bien « déterminé à venir aux audiences prévues au mois de mai« . Ce, quel que soit son état de santé le jour venu. Il faut dire que sa santé se « dégrade » de jour en jour. Il ne s’est pas améliorée depuis le 12 octobre dernier où la cour d’appel de Paris a été contrainte de reporter son procès.

C’est donc le 10 mai 2021 que sera réexaminé son procès pour 15 jours d’audiences.


C’est donc le 10 mai 2021 que sera réexaminé de nouveau son procès et ce pour quinze jours d’audiences. Cela a été décidé suite à une demande de renvoi faite par les représentants de l’ex-ministre. « M. Tapie a tout fait pour pouvoir participer à cette audience, qui est et reste décisive pour lui. Malheureusement, son état de santé ne lui a pas permis de pouvoir aller plus loin« , expliquait quelques mois plus tôt Me Hervé Temime auprès de l’AFP.

Résultat de l’audience de ce 29 mars 2021.


Ce 20 octobre dernier, la cour a en effet ordonné la suspension des débats en attendant l’expertise médicale concernant l’état de santé du père de Sophie et Stéphane Tapie. Une expertise aboutissant à l’époque à la conclusion que le principal intéressé présentait « une altération » de l' »état général« . Par conséquent, estimait l’expert, il faudrait au moins « cinq mois » pour espérer percevoir une amélioration de son état de santé (avec le traitement expérimental entrepris, NDLR), informait la présidente de la cour Sophie Clément.

Comme prévu en octobre dernier, une audience a alors eu lieu ce 29 mars dernier en vue de faire le point sur l’évolution de la santé de Bernard Tapie avant la reprise des débats du mois de mai prochain. Comme indiqué plus haut, l’homme d’affaires honorera de sa présence le prochain procès et ce, peu importe son état de santé.