Ces dernières années, les cambrioleurs s’attaquent de plus en plus aux personnalités bien connues. Après le cambriolage et l’agression de l’ancien ministre Bernard Tapie, Benjamin Castaldi livre une terrible anecdote. En effet, l’animateur de 6 à 7 avec Casta se confie avoir été victime d’un « home jacking »…

Il y a quelques jours, Bernard Tapie et son épouse Dominique ont été victimes d’un cambriolage qui a bien failli tourner au cauchemar. Les voleurs ont même réussi à les séquestrer et tabasser durant une quarantaine de minutes avant que les agents de sécurités n’aient été alertés.

Bernard Tapie se confie sur ces « séquelles…au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête »


S’ils n’ont perdu que quelques bijoux, les séquelles physiques et psychologiques laissés par ces malfaiteurs sont très importantes. L’ancien ministre a reçu un « coup de matraque sur la tête« . Souffrant déjà d’un double cancer (œsophagien et gastrique) depuis plus de trois ans, cette agression aurait pu lui être fatale.

« J’aurai peut-être un peu de séquelles…au cerveau, suite au coup de matraque reçu sur la tête », affirmait-il, avant de préciser : « Les médecins me le diront  » sous peu.

Une scène assez traumatisante qui tend à se généraliser ces dernières années. On peut citer entre autres les cas d’Aya Nakamura, Claire Chazal, Caroline Margeridon ou encore Kim Kardashian. Récemment, Benjamin Castaldi a révélé avoir été victime d’un terrible home-jacking.

Qu’est s’est-il réellement passé chez les Castaldi ?


Avant de raconter ce qui s’était réellement passé, l’animateur de 6 à 7 avec Casta était revenu sur les propos chocs de Jean Messiha au sujet de l’agression du père de Stéphane Tapie.

Les cambrioleurs qui ont agressé Bernard Tapie étaient « trois Africains et un de type nord-africain« , précisait-il dans son compte Twitter. « Le même Bernard Tapie qui accusait Jean-Marie Le Pen de mensonges sur le lien entre insécurité et invasion migratoire », ajoutait-il. « Il est aujourd’hui rattrapé par la réalité », a-t-il conclu.

« Vous avez une fois de plus récupéré un événement », réagissait Benjamin Castaldi. « Vous avez montré du doigt une communauté, dont le seul but, une fois de plus, est de souffler sur les braises du racisme ! », expliquait-il.

« Pour Jean Messiha, je vais faire une confidence », poursuivait le chroniqueur de Touche pas à mon poste. « Ma petite sœur a été victime d’un homejacking il y a quelques années », débutait-il. « Les mecs étaient en cagoules, gilets pare-balles, fusils à pompe, c’était vraiment un vrai homejacking », a-t-il bien fait comprendre. « Et ils étaient tous bien blancs », précisait-il encore. «Si ça peut informer monsieur Jean Messiha ! », a-t-il terminé.