L’affaire Yuriy continue à envahir tous les sujets d’actualités. Gros clash entre Benjamin Castaldi et un invité du talk-show lors du numéro inédit de Touche pas à mon poste diffusé ce jeudi 28 janvier 2021 sur l’antenne de C8. Les propos très choquants de Benjamin Amar, représentant de la CGT-sur Nataliya Kruchenyk-la maman de Yuriy- l’adolescent de 15 ans sauvagement passé à tabac- a complètement fait sortir le chroniqueur de ses gonds.

L’affaire Yuriy continue d’être au cœur de l’actualité. Il s’agit de l’adolescent violemment passé à tabac ce 15 janvier 2021 sur la dalle de Beaugrenelle du 15ème arrondissement de Paris. Une dizaine de jeunes plus âgés s’étaient en effet jetés sur lui pour l’attaquer et le laisser pour mort.

Une scène d’une violence insoutenable laissant toute la France sous le choc.


« Yuriy a eu le nez, le bras, les épaules, les côtes et des doigts cassés. Mais surtout il a eu le crâne cassé en plusieurs endroits. Il a subi une opération(de) plus de six heures, il a été dans le coma plus d’une semaine« , détaillait sa mère au micro de BFMTV.

Tandis que les autorités poursuivent leurs enquêtes de leur côté, Nataliya Kruchenyk se retrouve en même temps dans l’objectif de la police pour des faits tout à fait différents.

Un article publié ce 27 janvier dans Libération fait état des plaintes déposées contre la personne de Nataliya Kruchenyk et sa société par onze femmes de ménage ukrainiennes. Un fait débattu ce jour en direct de TPMP d’où la présence de Benjamin Amar venu expressément évoquer le sujet. Ce représentant de la CGT qui de longues minutes durant, a dénoncé ces faits reprochés au principal intéressée.

Cyril Hanouna obligé d’intervenir pour calmer Benjamin Castaldi.


Une prise de position qui a profondément heurté la sensibilité de Benjamin Castaldi : « Y’a un môme qui s’est fait tabasser et on vient nous expliquer un truc qui est effectivement très grave, à ce moment-là. Je trouve ça scandaleux, ça me révolte votre publicité que vous vous faites maintenant« .

Le chroniqueur de signer et persister dans son argumentation tout en hurlant au point que Cyril Hanouna ait dû intervenir : « Calmez-vous Benjamin » !