De passage à l’antenne de France 2 le vendredi 12 février dernier, sur le plateau de Ça commence aujourd’hui, Benjamin Castaldi a fait une bouleversante déclaration. Le célèbre chroniqueur de Touche pas à mon poste a évoqué longuement son rapport privilégié avec Simone Signoret, sa grand-mère. Il s’est rappelé plus particulièrement de son enterrement et était également revenu sur sa carrière de comédienne…

Le vendredi 12 février 2021, Benjamin Castaldi a fait un passage très remarqué sur le plateau de la célèbre émission de Faustine Bollaert : Ça commence aujourd’hui. Habituée à recevoir des célébrités, l’animatrice n’a pas caché sa fierté d’avoir le présentateur de Touche pas à mon poste Ouvert à tous.

Benjamin Castaldi rend un vibrant hommage à sa célèbre grand-mère !


Issu d’une famille d’artiste, ce dernier avait évoqué avec le sourire leurs mémoires. Benjamin Castaldi est d’ailleurs l’auteur de « Je vous ai tant aimé. Montand et Signoret, un couple dans l’Histoire« , un livre racontant l’histoire exceptionnelle de ses grands-parents, paru aux éditions Broché le mercredi 10 février dernier.

Ce livre est avant tout « un hommage » conçu principalement pour « les ramener dans notre siècle« , déclarait-il fièrement. « Je me suis rendu compte avec tristesse, qu’ils avaient été un peu oubliés (…), mentionnait-il par la suite, avant d’ajouter : « Ma grand-mère, on l’a totalement oubliée« .

Par ailleurs, Benjamin Castaldi, en toute fierté, a précisé que les deux héros de son nouvel ouvrage ont marqué de leur » empreinte …la fin du vingtième siècle et je trouve que ce siècle est incroyable« .

« Le deuil est plus facile à accepter »


Morte le 30 septembre 1985, « Ça a été un peu mon problème psychologique à moi. Ça a été mon drame« , confessait-il. Entre « la maison de famille où elle est morte », « le palmarès, les films, les récompenses, les Awards, les Bafta, les Palmes, les prix d’interprétation…« , le mari d’Aurore Aleman n’avait rien oublié.

Vers la fin, Benjamin Castaldi était revenu sur ses obsèques. « Un enterrement, normalement c’est triste, mais quand vous avez des dizaines de milliers de personnes qui sont sur tout le cortège (…) avec des pancartes ‘Simone’, vous pleurez moins », a-t-il fait savoir. « Le deuil est plus facile à accepter« , ajoutait-il encore.