« Arrête les substances illicites » somme Denis Brogniart à un ex de Koh-lanta. Fashiontechweek vous rapporte tous dans les moindres détails…

« Arrête les substances illicites«  répondait cash Denis Brogniart à un aventurier de son célèbre jeu de survie, Koh-Lanta.

Brice et Denis Brogniart ont eu un échange quelque peu hilarant sur Twitter. Détrompez-vous, il ne s’agit pas du malheureux finaliste des 4 Terres mais celui d’une toute autre saison. Le Brice dont on parle est celui qui a pris part à La Guerre des chefs.

Retour sur le parcours de Brice dans Koh-Lanta.


Il était à l’époque étudiant en école de commerce et n’avait pas hésité à délaisser les bancs de l’université pour participer à l’aventure. Fin stratège, l’originaire du pays basque, a fini par tomber dans son propre piège. Au bout de 25 jours de jeu de survie, il a été contraint à faire ses adieux en étant éliminé. S’il souhaite pour cette fois revenir dans l’émission, ce n’est pas en tant que candidat mais…Présentateur !

Si on n’a plus le droit de ’rêver’, patron…”.


En se réveillant brusquement de son sommeil, Brice s’est emparé de son réseau social à l’oiseau bleu la nuit du vendredi 23 au samedi 24 avril 2021. Il était en effet revenu sur l’étrange rêve qu’il avait fait.

3h45 : je viens de rêver qu’on était en 2057 et que je présentais Koh-Lanta à la place de Denis Brogniart”, racontait sans plus attendre Brice à ses abonnés. Durant la saison en question, l’ex-aventurier de Koh-Lanta, la guerre des chefs de révéler s’être retrouvé en face de Claude et Teheiura. Les deux figures emblématiques du jeu de survie de TF1 ont selon lui, accepté de s’affronter entre eux.

Mais ce n’est pas tout. L’épreuve sur laquelle ils s’étaient mesurés a également été très originale. Ils devaient “se départager sur l’épreuve du combattant en portant tour à tour Michel Drucker sur le dos”.

C’est juste la folie, Koh-Lanta”, se mettait-il ensuite à plaisanter. Denis Brogniart en personne n’a pas manqué de réagir à la publication de son ancien protégé. “Arrête les substances illicites !”, lui sommait sans ambages l’époux d’Hortense. Suivi de trois smiley en forme de bonhommes en train de pleurer de rire. Brice de lui rétorquer : “Si on n’a plus le droit de ’rêver’, patron…”.