Le vendredi 12 mars dernier, Anne-Claire Coudray présentait une édition spéciale du journal de 20 heures de TF1. La journaliste revient encore sur cette interminable crise sanitaire qui divise la classe politique. Interrogé sur cette épineuse question, l’élu des Pyrénées-Atlantiques propose d’alléger les mesures de restriction prises par le gouvernement…Mais le député n’a pas du tout épargné la présentatrice après sa grosse bourde.

C’est Olivier Véran qui a pris parole ce jeudi 11 mars à la place de Jean Castex pour dévoiler les décisions qui ont été prises au cours du Conseil de défense.

Olivier Véran a pris la parole à la place du Premier ministre.


Le ministre de la Santé est ainsi revenu sur la situation quelque peu « hétérogène » de la propagation du virus dans l’Hexagone. Il a surtout évoqué la situation pour le moins préoccupante en Île-de-France, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans les Hauts-de-France.

C’est une édition spéciale portant précisément sur cette crise sanitaire qui n’en finit pas qui a été présentée ce vendredi 12 mars par Anne-Claire Coudray en direct de l’antenne de TF1. Edition débutant depuis un duplex de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris notamment au sein du service de réanimation où les cas de Covid-19 déborde pour l’heure. Des patients seront d’ici samedi 13 mars 2021 transférés dans le but de désengorger l’hôpital parisien, préalablement visité par Jean Castex.

« Partons à présent dans les Pyrénées-Orientales où, vous allez le voir, assurait Anne-Claire Coudray la situation est radicalement différente » avant de rajouter : « Le taux d’incidence y est le plus bas de métropole, un peu plus de 46 cas pour 100 000 habitants, et de nombreux élus demandent donc un allégement des restrictions. »

« D’abord, je me permets de corriger : c’est les Pyrénées-Atlantiques, à l’ouest, et non pas les Pyrénées-Orientales. »


Et la journaliste de passer aux présentations de son interlocuteur, présent en duplex : « Bonsoir David Habib, vous faites partie de ces élus, vous êtes député socialiste, et vous demandez notamment un report du couvre-feu de 18 heures à 20 heures. Expliquez-nous. » Contre toute attente, l’homme politique s’est tout d’abord permis de la corriger pour sa bourde. « D’abord, je me permets de corriger : c’est les Pyrénées-Atlantiques, à l’ouest, et non pas les Pyrénées-Orientales. »