Les chroniqueurs de Touche pas à mon poste se sont encore débattus longuement sur l’affaire d’agression de Bernard Tapie et sa femme Dominique. En revenant sur les faits, Gilles Verdez n’a pas pu se contenir. En effet, sous l’emprise d’une forte émotion il s’est fondu en larmes…

Pour rappel, Bernard Tapie et son épouse Dominique ont été la cible d’un acte de banditisme très grave et qui a failli tourner au drame. Dans la nuit du samedi 03 avril au dimanche 04 avril 2021, 04 hommes armés, habillées en noir, tous cagoulés et gantés se sont pénétrés en douce dans leur domicile.

Ou étaient passées les agents de sécurité au moment où les cambrioleurs forçaient l’entrée du domicile du couple Tapie ?


Résidant au moment des faits à Combs-le-Ville sur Seine-et-Marne, les cambrioleurs ont réussi à déjouer les agents de sécurité et passer inaperçu devant toutes les cameras de surveillance. Une situation plutôt rare pour ne pas être mentionnée.

Vers minuit trente, les malfrats ont surpris le couple Tapie au lit et déjà emporté par le sommeil. Menacés avec des armes sur la tempe, ils n’ont pas eu le temps de réagir. Les voleurs ont donc eu le temps pour le ligoter avant de les terroriser afin qu’il leur donne tout ce qu’ils recherchent…

« C’est comme si c’était ma famille, mes parents. C’est horrible de faire ça. Horrible. L’appât du gain »


Présent sur le plateau de Touche pas à mon poste le lundi 05 avril 2021, c’est Stéphane Tapie qui a rapporté ce grave incident qui a failli emporter ses parents. Dès la fin de son intervention, Gilles Verdez n’a pas pu retenir ses larmes.

« Je trouve qu’ils sont d’une extrême dignité dans la violence qu’ils ont vécu », a-t-il tranché avec beaucoup de compassion. « Ça ajoute encore à l’émotion… », reprenait-il. « à part quelques imbéciles, tout le monde est totalement avec vous« , ajoutait-il en s’adressant particulièrement au nouveau chroniqueur de Cyril Hanouna, Stéphane Tapie.

« C’est comme si c’était ma famille, mes parents. C’est horrible de faire ça. Horrible. L’appât du gain », poursuivait-il encore, en pleurant. « Excusez-moi… » , marmonnait le chroniquer de TPMP tout en essuyant les larmes sur son visage.