Comme indiqué ce mardi 23 février par l’AFP, la magistrate en charge de l’affaire estime qu’il existe des « indices graves ou concordants » tendant à confirmer que Gérard Depardieu ait pu commettre les faits que l’actrice en herbe lui accuse. Rappelons-le, le monstre du cinéma fait objet de plaintes de pour « viol » et « agressions sexuelles« . Le point sur la question.

La première plainte déposé contre Gérard Depardieu avait en effet été déposée dans la soirée du 27 août 2018 à la brigade de gendarmerie de Lambesc par une jeune comédienne.

Le début des faits.


La jeune femme (fille d’un ami de l’acteur, NDLR) soutenait que ces accusations ont eu lieu les 07 et 13 août 2018 dans un hôtel particulier de Gérard Depardieu, situé dans le VIème arrondissement de Paris.

Une première enquête a eu lieu et a été classée sans suite. La plaignante, une vingtenaire à l’époque, a alors renforcé sa position en déposant à nouveau une autre plainte mais cette fois-ci, elle a pris le soin de le mettre avec constitution de partie civile. Ce qui a permis la réouverture d’une information judiciaire ainsi qu’au passage la désignation d’un magistrat instructeur. Plusieurs éléments semblent constituer un dossier solide contre le géant du cinéma.

Comme indiqué ce mardi 23 février par l’AFP, Gérard Depardieu a été mis en examen ce 16 décembre 2021 pour « viols » et « agressions sexuelles« . Comme rapporté par Me Hervé Témime, l’acteur de 72 ans continue de nier les faits et insiste sur le fait que leur liaison a été consentie.

Gérard Depardieu en très mauvaise posture.


Mais une vidéo captée par les caméras de surveillance et des SMS viennent complètement changer la donne. Le compagnon de Clémentine Igou et sa victime présumée échangeaient de manière régulière selon ce que rapporte Le Parisien, des messages dans lesquels ils revenaient le plus souvent sur leur métier où Gérard Depardieu lui prodiguait quelques conseils, la comparait à la chanteuse Barbara.

Ces vidéos captées le 7 août 2018 par les caméras de surveillance montrait des images de la plaignante depuis le salon de Gérard Depardieu et l’on peut y voir le comédien pratiquer une pénétration digitale avant que tous deux ne montent à l’étage.

La jeune actrice explique avoir été « sous l’effet de la tétanie » avant d’y revenir une seconde fois le 13 août ». Elle expliquerait cela comme avoir été « prise dans un mécanisme de sidération et de déni« . Cela pourrait bien faire tomber l’accusé.