Au décours d’un entretien accordé à Télé Poche, Sophie Davant en a profité pour donner un petit avant-goût sur le prime d’Affaire conclue à venir, tourné au château de Pierrefonds. L’occasion pour l’animatrice vedette de France 2 d’évoquer la notoriété qu’elle a acquise depuis. Dans la foulée, l’ex de Pierre Sled a laissé échapper un tacle qui va droit à quelques-uns de ses acheteurs qui vont à coup sûr se reconnaître.

Trois ans et quelques poussières déjà que Sophie Davant est aux commandes d’Affaire conclue. Et il est peu de le dire mais l’animatrice excelle en la matière. Le programme d’enchères reçoit en outre de belles audiences sur France 2.

Lieux exceptionnel, tournage exceptionnel.


Sophie Davant vient de réconforter les dires de Caroline Margeridon qui dévoilait il y a peu qu’un nouveau prime se préparait entre les murs du château de Pierrefonds. Pour l’occasion, les acheteurs de l’émission vont faire leur apparition sous des déguisements en accord à ce lieu exceptionnel.

C’est ainsi que Sophie Davant a fait le bilan de ces années passées et conclut être devenue avec le temps une spécialiste « en art nouille et en verrerie » et avouer avoir  » craqué pour un palmier en laiton de la maison Jansen et je fonds dès que je vois une [peinture] Marine« .

« Certains aiment juste l’émission en restant marchands, d’autres sont ivres de leur nouvelle popularité « 


Interrogée par Télé Poche sur sa contribution dans le succès d’Affaire conclue, la maman de Nicolas et Valentine l’explique par sa capacité à savoir jouer entre les professionnels du programme et le public.

L’ex de Pierre Sled d’ensuite confier à quels points ses collègues sont à la fois » drôles, intéressants et parfois iconoclastes« . Et Sophie Davant d’en profiter pour signifier que certains d’entre eux « aiment juste l’émission en restant marchands, d’autres sont ivres de leur nouvelle popularité « . Elle ne s’est pourtant pas arrêtée là et a au passage balancé un tacle bien senti aux principaux concernés qui d’ailleurs se reconnaîtront bien. «  Le problème c’est de se croire indispensable, alors qu’en fait personne ne l’est, mettait-elle en garde. Moi la première. Si on n’est pas convaincu, on se perd. «