Personne ne peut l’arrêter ! Bruno, l’actuel Maître de midi, a encore prouvé son talent face aux yeux admiratifs des fidèles téléspectateurs des 12 Coups de midi. En décrochant une nouvelle Etoile Mystérieuse après avoir découvert quelques indices, le jeune homme a enfin dévoilé les secrets de sa réussite…

Bruno, le nouveau Maître de midi est en phase de marquer de ses empreintes l’histoire du jeu de divertissement de la mi-journée de la première chaîne. Fort de sa 50ème victoire qu’il a fêtée devant l’éternelle reconnaissance de Jean-Luc Reichmann, le jeune candidat a, une fois de plus, signé un nouvel exploit.

« ça va decrescendo« 


En effet, le dimanche 14 mars dernier, le visage de la star à identifier était encore couvert par les fameuses cases bleues. Mais contre toute attente, cela n’a pas empêché Bruno de se révéler davantage sur le plateau de TF1.

Après avoir éliminé ses adversaires du jour, le jeune Maître de midi, en entamant la dernière étape du jeu, celle de la fameuse Etoile Mystérieuse, a sorti comme par enchantement le nom exact de la célébrité et remporte par voie de conséquence une nouvelle vitrine qui s’élevait déjà à hauteur de 29 075 €.

Pour la troisième fois consécutive, le jeune homme a montré l’étendue de sa connaissance générale. Un exploit jamais vu durant les 10 ans d’existence des 12 Coups de midi. Après plus de 50 participations, le jeune homme a réuni jusqu’alors 255 355 € de gains et de cadeaux.

En revenant sur cette belle victoire, cela  » ça va decrescendo« , affirmait-il au micro de la rédaction de Télé-Loisirs. Pour sa première Etoile Mystérieuse, il lui restait encore plus de cinquante cases lorsqu’il a découvert l’identité de Pierre Niney ; Il y avait plus de 20 cases avec Caroline Receveur. Pour la troisième, il y en avait un peu plus de dix cases qui cachaient la bouille d’Amanda Lear.

« La première fois, je n’y croyais pas…»


« La première fois, je n’y croyais pas pour Pierre Niney », avouait-il. « Mais pour les deuxièmes et troisièmes étoiles, avant de donner le nom, j’étais serein. Tout coïncidait », s’assurait-il avec force et conviction. « J’ai fait tous les doubleurs de tous les films Pixar (…) il y a eu un indice qui m’a aiguillé « , a-t-il conclu.